*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Préparer l'oral du concours d'attaché territorial (10)
11/3/2011 18:50:00 (3665 lectures)

Comment justifier mon projet de passer de la FPE à la FPT ? (Mes réponses en bleu)



Message du 11 mars 2011
 
Bonjour,

Merci mille fois pour vos éclairages et votre si rapide réponse !
Vous m'avez apporté beaucoup de pistes en matière d'orientation de profil, en revanche, vous ne m'avez rien répondu concernant ma question relative à la FPE ?
Je me permets donc de vous relancer à ce sujet, car vos éclaircissements (de l'intérieur) renforceraient mon argumentaire (du moins je l'espère !) et certainement mon positionnement.

Actuellement (…), donc fonctionnaire de la FPE, catégorie A, je passe le concours interne d'Attaché territorial. Dans un de vos précédents messages, vous indiquez : "si vous passez le concours interne, c'est vraisemblablement que vous avez déjà une expérience de la FPT"...

Personnellement, je n'ai guère d'expérience probante en la matière... J'ai baigné dedans depuis tout petit (père=fonctionnaire territorial), ma femme est [sur une mission dans une petite Commune], je côtoie les élus au cours de réunions liées à (…) ou des manifestations/projets que nous organisons... et c'est tout !

C'est donc une question qui m'inquiète assez, pour être franc. Le jury ne risque-t-il pas de me demander ce que je fais là ? Je ne suis pas vraiment un interne en réalité et cela peut-il me faire défaut ? Je ne sais pas non plus s'il est judicieux pour moi de parler de : transfert de compétences, de recherche d'une structure plus dynamique (car plus autonome), de décentralisation (par opposition à la déconcentration dans laquelle je travaille)... ? J'ai la crainte de me sentir jugé, avec tout le poids de culpabilité que je pourrais ressentir à ce moment-là en référence au désengagement de l'Etat envers les collectivités, diminution voire suppression de certaines aides de l'Etat, des collectivités qui portent de plus en plus de charges... Je ne sais comment me sortir à moindre frais de cet imbroglio... Peut-être, me direz-vous, en anticipant (si je vous ai bien lu...), et avec un pointe d'humour... mais concrètement je m'interroge.

Vous remerciant de votre attention ainsi que tout le travail de suivis et de conseils que vous effectuez via votre site et votre ouvrage,
Au plaisir de vous lire,
Bien cordialement,

 
 
 
Ma réponse à ce message (message modifié de façon légère pour être anonyme) :
 
Bonjour,
Si je résume, la question que vous vous posez est :
1-comment justifier votre projet de passage de la FPE à la FPT ?
Et, la crainte que vous avez est qu’un membre du jury puisse vous dire :
2-comment osez-vous vous présenter devant nous, vous vilain agent de cet Etat qui nous fait tant de misères ! (je plaisante… ) )
 
Commençons…par la fin et donc par le second point afin de lever votre inquiétude : vous n’êtes (heureusement !) pas responsable (encore moins…coupable) de ce qui se trame entre l’Etat et les collectivités territoriales. Vous êtes un fonctionnaire d’Etat et non un homme politique décidant des réformes fiscales et autres réformes qui bousculent actuellement nombre de collectivités. Si je puis me permettre : mettez vos inquiétudes et votre sentiment de culpabilité…à la poubelle ! Simple et efficace, non ?
C’est bon ? Tout cela est à la poubelle ? Bien…reprenons…voilà une bonne chose de faite. Inutile de mettre sur nos chétives épaules une charge aussi lourde dont la responsabilité ne relève ni de vous, ni de moi…N’est-ce pas ?
 
Revenons au début et au premier point : comment justifier votre projet de passage de la FPE à la FPT ?
Voici quelques suggestions :
-tout d’abord, peut-être, y réfléchir vous-même en vous demandant quelle est l’envie qui est en vous et qui est moteur : envie d’évoluer ? envie de passer à autre chose en ayant l’impression d’avoir fait le tour du poste actuel dans la FPE ? envie de rejoindre un environnement dont vous avez souvent entendu parler et dans lequel, vous vous dites que, finalement, vous auriez davantage de plaisir à aller de l’avant ? envie d’apporter des compétences spécifiques au sein de l’environnement FPT ? Envie de profiter de cette « mobilité » qui est souvent vantée pour ses mérites mais qui est parfois peu utilisée.
-ensuite, je dirais ceci : ATTENTION. Attention à ce que vous direz. J’utilise parfois cette formule : « Tout ce que nous disons du monde…dit des choses sur nous ». Formule abstraite ? Oui peut-être, mais formule qui…ne se réduit pas à n’être qu’une formule et dont le sens est simple et, à mon goût, profond.
Prenons un exemple simple pour que je me fasse bien entendre.
Imaginons que vous disiez (ce que je ne vous conseille pas…) : « je veux passer de la FPE à la FPT car à la FPE…il n’y a que des bras cassés », ou encore « je veux quitter la FPE car le travail à la FPE est nul » (ce que je ne vous conseille pas davantage…).
Retenez ceci : comme dans les films policiers « tout ce que vous direz pourra se retourner contre vous ! » Autrement dit : tout ce que vous direz (sur le monde) pourra se retourner contre vous (car cela dit des choses sur vous).
-Si je dis qu’à tel endroit « il n’y a que des bras cassés » cela dit moins des choses sur l’endroit en question que…sur moi. Cela dit mon caractère hautain, méprisant…or veut-on recruter des gens qui, demain, seront hautains et méprisants ? J’en doute…
-Si je dis que tel travail « est nul », cela dit moins des choses sur « le travail » en question (qui, en lui-même, n’est ni nul, ni génial) que sur ma façon de juger un travail. La meilleure preuve en est que tel travail que je dis « nul » sera jugé « génial » par quelqu’un d’autre.
Bref : si vous voulez donner une impression positive sur vous, commencez par parler positivement du monde.
Il n’est jamais bon, je pense, de critiquer très négativement l’endroit que l’on quitte car ceux qui sont sur le point de vous recruter dans un nouvel environnement de travail peuvent se mettre à imaginer que vous procéderez peut-être de façon identique (en les critiquant) en les quittant un jour pour rejoindre à nouveau…un nouvel environnement !
-enfin, il y a diverses raisons qui peuvent donner envie de travailler dans la FPT : on peut y travailler dans une proximité avec les élus et voir d’un bout à l’autre comment nait, se construit, se développe une politique publique (de la simple idée…à l’article final dans un journal qui met en avant telle réalisation portée par des élus et à laquelle, dans l’ombre des techniciens qui co-construisent les politiques publiques, vous avez contribué), on est en prise directe avec des usagers dont on peut noter les besoins pour être force de proposition, en direction des élus, et contribuer à un service public local de proximité plus facile à manœuvrer que…le paquebot Etat). Autant de raisons (positives !) de vouloir rejoindre la FPT, non ?
Voilà quelques pistes et suggestions. Il vous appartient d’en faire ce que bon vous semblera, cela va de soi…
Peut-être pour finir : il me semble important de faire part de ses envies (dès lors qu’elles sont avouables !) et d’argumenter en direct nos choix car cela donne l’image de quelqu’un qui est capable de réfléchir, de se remettre en cause, de décider de changer de route, d’assumer ses choix sur fond d’argumentation…bref, cela donne l’image de quelqu’un qui a manifestement des compétences et/ou des qualités non négligeables (multiplier les perspectives, argumenter, analyser, décider, prendre des initiatives, etc.) pour…être cadre territorial demain dans nos univers territoriaux faits de complexité, d’incertitudes et de changement permanent. Tout ce que nous disons, dit des choses sur nous…disais-je, non ?
Bonne continuation, et merci pour vos questions,
Bien cordialement,
Philippe Géléoc
 
Et un peu plus tard... :
 

Bonsoir,

Une nouvelle fois : merci ! La poubelle est pleine... et la motivation décuplée !
Je vous remercie de m'avoir permis de débrouiller les tumultueuses pensées qui assaillent un candidat à une poignée de jours de l'oral !!
Vous souhaitant une excellente continuation,
Bien cordialement,




 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail