*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
L'homme vulnérable (5)
5/11/2016 5:09:46 (567 lectures)

Petite histoire n°4 / Le trousseau de clefs...

(05/11/2016)

Année universitaire 2016-2017

Cours de Philippe Géléoc

Chargé de cours à l'Université

Unité d'enseignement : Sujet, lien social et vulnérabilité (approche philosophique)

Intitulé du cours :

L'homme vulnérable

- subjectivité, vulnérabilité et lien social -

DEUXIÈME PARTIE :

LA SUBJECTIVITÉ COMME VULNERABILITÉ

Petites histoires du quotidien (2)

Nouveau temps dans notre propos, nouvelles petites histoires du quotidien. Où il est à nouveau question de vulnérabilité, de subjectivité, de liens sociaux. Où il est, toutefois, plus particulièrement question de la vulnérabilité d'autrui et de ce qui se passe en nous lorsque, malgré nous, nous nous y trouvons soudainement confrontés, exposés. Où nous découvrons, surtout, que cette subjectivité que nous avions jusqu'à présent pensée comme liberté pourrait fort bien être animée par une propension quasi irrépressible à se déployer d'une certaine façon avant même que nous ayons pris conscience de quoi que ce soit, avant même que nous ayons voulu agir en un sens ou en un autre.


HISTOIRE N° 4 : Le trousseau de clefs...

Histoire on ne peut plus ordinaire, dans un quotidien lui-même on ne peut plus ordinaire. Il pourrait tout aussi bien s'agir de la nôtre.

Tout se passe à la sortie d'une journée de travail bien remplie. Quelques courses à faire, rapidement dans le magasin du coin, pour acheter de quoi manger le soir même, puis nous pourrons enfin rejoindre notre domicile et nous poser après les huit heures actives qui viennent d'être abattues. Ce n'est plus qu'une question de minutes.

En entrant dans le magasin, nous voyons devant nous une personne poussant péniblement un chariot à roulette. Ce chariot lui permettra d'y déposer ses courses mais paraît tout autant destiné à soutenir le pas difficile qui résulte du grand âge. « Il est chouette d'avoir encore une telle autonomie à cet âge là » nous disons-nous, en notre fort intérieur, sachant bien que pour bon nombre de personnes âgées moins mobiles, moins autonomes, de telles escapades ne relèvent plus que du souvenir.

L'idée n'est pas de s'attarder davantage, et nous nous apprêtons déjà à passer notre chemin, mais voilà que cette personne âgée vient, par mégarde, de laisser tomber un trousseau de clefs par terre. Sous le choc de la chute les diverses clefs jusque-là rassemblées par un porte-clé de fortune en viennent à se séparer et à se répandre de ci, de là.


Que faire ? Nous n'avions pas en projet de nous attarder là. Que faire alors ? Passer son chemin, comme envisagé initialement ? Laisser cette personne assumer les effets de sa façon malhabile de ranger les clefs dans sa poche ? Si cette idée nous traverse l'esprit un quart de seconde, après une journée harassante de travail nous donnant pour seule envie de rentrer chez nous dès que possible, la voilà aussitôt supplantée par une autre idée, l'idée que nous serions bien ignobles de laisser une personne âgée malingre risquer la chute dans la tentative de ramasser toute seule ses clefs. Cela ne nous prendra, après tout, qu'un très court instant, nous aurons par ailleurs accompli une bonne action...


Ainsi nous précipitons-nous pour aider cette personne âgée dont les premiers mouvements pour ramasser les clefs nous laissent déjà présager le pire. Tout se passe comme si nous n'avions pas pu nous retenir, comme si nous n'avions pas eu le choix, comme si aider cette personne s'était soudain présenté comme la seule action à disposition. Tout se passe comme si la confrontation à la vulnérabilité d'un être nous animait soudain d'une irrépressible propension à porter secours, à protéger l'autre du pire susceptible d'advenir et ce, quand bien même il ne s'agirait pas, initialement, de l'un de nos proches.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail