*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettre à un jeune cadre territorial (26)
9/12/2010 22:41:56 (2900 lectures)

LJCT 26 Stratégie, stratégie...

XXVI Stratégie, stratégie…
 
Un des termes que j’ai appris à connaître dans les collectivités territoriales est celui de « stratégie ». Laissons de côté les ouvrages de sociologie des organisations et contentons-nous de ceci : la stratégie me semble consister en une réflexion préalable à l’action qui consiste à rechercher le moyen le plus approprié pour atteindre son objectif. Veux-tu un exemple ?
 
En voici un : si tu veux que des agents en viennent à mettre en œuvre un nouveau règlement régissant l’attribution d’aides aux usagers du service public, mieux vaut associer les agents en question à l’élaboration dudit règlement. Comme je te l’ai dit, on n’accepte rien aussi bien que ce qu’on a soi-même construit pour soi : aussi cette vérité me semble-t-elle devoir être présente à l’esprit de celui ou celle qui a pour mission de faire accepter à d’autres un nouveau dispositif venant bousculer les habitudes et perturber les repères jusque là acquis.
 
J’entends d’ici ceux qui, à me lire, pourraient crier au scandale face à une telle manipulation. A ceux-là je demande à quel moment nous ne sommes pas dans de la manipulation, dans de l’influence réciproque dès que nous sommes dans un échange avec quelqu’un et que nous avons une mission à accomplir[1]. L’art de convaincre est, à mon sens, un des outils devant nécessairement intégrer la panoplie du cadre territorial à un moment ou un autre : nous avons le choix entre être mené par l’entourage ou mener nous-mêmes cet entourage dans le cadre de missions qui nous sont dévolues. Pour autant, je ne dis à aucun moment qu’il faille faire tomber qui que ce soit dans tel ou tel guet-apens : laissons à d’autres ces intrigues… D’expérience, je sais que les manipulations sinon malveillantes du moins par trop intéressées ne durent qu’un temps. Nul n’est dupe très longtemps de ceux qui visent à manipuler dans une optique autre que le développement du service public. Développer des stratégies requiert généralement un minimum de connaissance de la nature humaine.
 
Prenons un autre exemple : des agents s’opposent à tel point que tu viens de proposer dans le cadre d’un projet. On pourrait classiquement parler des fameuses « résistances au changement » et prendre cela négativement. Au lieu de cela, il est parfois préférable de surfer sur la vague de résistance en demandant à l’interlocuteur comment il envisage les choses du point de vue de son expertise. En bon renard on s’apercevra alors bien souvent que maître corbeau l’expert a tendance à rapidement lâcher son fromage nommé « résistance au changement » pour peu qu’on le flatte un peu d’être sinon le plus bel hôte des bois environnants, tout du moins un expert dont nul ne saurait se passer…
 
Cette connaissance minimale de la nature humaine n’est assurément pas la chose du monde la mieux partagée : il est certains cadres territoriaux qui sont passés maîtres en l’art de l’influence tandis que d’autres auront encore bien du chemin à parcourir avant de parvenir à la cheville des premiers. Là comme ailleurs, il ne me semble pas idiot d’observer ces quelques maîtres et leur façon de procéder afin de veiller à reproduire au mieux par la suite leurs techniques et stratégies. L’observation rigoureuse des façons de faire de quelques anciens vaut souvent bien plus que la lecture de la plupart de nos manuels de management. Aussi je t’invite, si tu le peux, à accompagner certains collègues expérimentés au sein de réunions à forts enjeux où de véritables exploits en matière de négociation sont parfois observables. Je conserve pour ma part le bon souvenir de négociations rondement menées par de tels collègues : ainsi m’est-il arrivé de voir certains protagonistes énervés en début de réunion se transformer en doux agneaux, au sortir de la réunion, et laisser derrière eux leurs revendications après avoir subi l’influence de quelques collègues expérimentés dans l’art de l’échange.


[1] Sur la difficulté que revêt le fait d’essayer d’échapper à la manipulation : Jean-Marie Abgrall (2003), Tous manipulés tous manipulateurs, Editions générales First.
 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail