*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettre à un jeune cadre territorial (23)
8/12/2010 21:25:35 (2817 lectures)

LJCT 23 De la partie au tout, de l'individuel au global...et vice-versa

XXIII De la partie au tout, de l’individuel au global…et vice-versa
 
 
Qu’il s’agisse de piloter un service ou de piloter un projet, j’ai remarqué une chose : pour bien faire, il faut savoir passer régulièrement du tout à la partie et de la partie au tout. Je m’explique : qu’il s’agisse d’un service ou d’un projet il me semble important de savoir par moments évoquer ce service ou ce projet de façon globale en se situant au niveau du système ; en même temps il m’apparaît tout aussi important de savoir par moments quitter le ciel des grandes orientations, des grands principes et des grand enjeux pour appréhender le système du point de vue de chaque agent qui, en tant que partie du tout, contribue à le faire fonctionner.
 
Le point de vue global est certes intéressant mais ce n’est pas en restant à ce niveau que l’on peut régler tel problème concret que rencontre le collaborateur au quotidien, au niveau qui est le sien : il faut, pour ainsi dire, se placer dans la tête de l’agent et essayer de se mettre ainsi à sa place pour mieux appréhender la difficulté rencontrée, construire le problème de concert et les possibles solutions. Pour autant, il ne s’agit pas de demeurer à ce point de vue partiel du système : il faut certes tenter de régler tel problème rencontré au niveau de tel rouage mais il ne s’agit pas de perdre de vue ce qui compte plus globalement à savoir le fait que le système fonctionne. Autrement dit, il ne s’agit pas de se perdre dans des considérations de détail : il convient de régler tel problème se situant au niveau de telle partie du tout, mais il faut avoir en tête, ce faisant, ce qui compte, à savoir le tout, le système global qui peut et doit fonctionner correctement à terme.
 
Passer du global à l’individuel, du tout à la partie, et inversement, me semble d’autant plus important qu’il m’est arrivé de voir certains systèmes mis en place au niveau des grandes orientations sans se soucier de savoir comment le système allait ensuite pouvoir se mettre en place concrètement. Cela donne au final, sur le terrain, des systèmes ingérables qui, faute d’accompagnement de ceux qui ont à le mettre en œuvre au quotidien, génèrent un stress inutile et un échec pour tous.
 
Le travail d’un cadre, tu l’auras compris, ne peut se résumer à mes yeux à pondre des systèmes et des procédures dont on ne se demande jamais dans quelle mesure ceux qui ont à les gérer au quotidien pourront le faire. Il est certes possible de se convaincre bêtement qu’on a fait son travail une fois qu’on a pondu une procédure que d’autres auront à appliquer mais il me semble largement plus intelligent de s’assurer que ceux qui doivent l’appliquer peuvent vraiment l’appliquer et l’appliquent réellement. Ne pas le faire revient, toujours à mes yeux, à délaisser tout esprit de responsabilité dans sa façon d’exercer le métier.
 
Certaines collectivités souffrent ainsi parfois d’un profond décalage entre ce qui est annoncé au niveau des grandes orientations et ce qui se fait réellement, concrètement au quotidien. En de telles situations nul ne peut trouver son compte : ni les élus qui ont l’impression de faire de grandes déclamations assez peu suivies d’effets, ni les agents qui gèrent le quotidien en songeant de temps en temps aux grandes orientations qui tels des avions leur passent au-dessus de la tête, ni les cadres qui risquent à longueur de journée de sombrer dans la schizophrénie en écoutant d’un côté les grands discours de leurs élus et de l’autre les réclamations des agents concernant leur quotidien.
 
L’idéal, par définition, n’existe pas si ce n’est sous forme d’exigences ; et parmi ces exigences existe celle de faire en sorte que le quotidien des agents dont on la responsabilité soit, autant que faire se peut, une déclinaison, au niveau opérationnel, des orientations des élus.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail