*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettre à un jeune cadre territorial (22)
8/12/2010 21:18:58 (2918 lectures)

LJCT 22 Importance du "pilotage" : les outils, l'humain, le sens

XXII Importance du « pilotage » : les outils, l’humain, le sens
 
En réfléchissant plus avant sur notre métier de cadre territorial, un autre terme me vient à l’esprit : celui de « pilotage ». On parle de pilotage de service, de pilotage d’action et je crois qu’effectivement un de nos rôles majeurs tient dans le fait de se faire garant de la direction dans laquelle doivent aller un certain nombre d’acteurs que ce soit dans un service, dans un projet ou … dans les deux : dans un projet de service. Le cadre territorial est celui qui doit donner la direction et cette direction, il la donne, en lien avec les orientations qui sont celles de ses élus. Quels sont les outils susceptibles de servir pour mener à bien ce pilotage ?
 
Parmi les outils utilisables il y a les tableaux de bord : ceux-ci vont par exemple nous permettre de suivre semaine après semaine, mois par mois une activité. Il faut créer ces outils, les alimenter et suivre ce qu’ils peuvent nous apprendre. Ces tableaux seront créés, bien entendu, en fonction d’éléments que l’on souhaite connaître et d’évolutions que l’on souhaite observer et maîtriser au mieux. La fameuse « faculté d’anticipation du cadre » dont traitent bon nombre de formations ne trouve à s’exercer que sur fond d’outils de ce type préalablement mis en place de façon intentionnelle. Les tableaux de bord permettent ainsi, par exemple, de faire des projections c’est-à-dire d’observer ce qui s’est fait sur les trois ou six mois qui précèdent et de faire des hypothèses anticipatives concernant l’avenir ou le bilan probable sur une année.
 
Les outils sont une chose, les relations humaines en sont une autre et il est préférable de ne jamais focaliser son attention de façon exclusive sur les outils au détriment des relations humaines. Pour que l’humain demeure au centre et pour ne pas sombrer dans l’utopie qui consiste à croire que tout peut se gérer et se piloter à partir de tableaux de bord, il s’avère indispensable d’avoir des lieux et moments de réunion d’équipe ou de service en interne. C’est par l’échange qu’un collaborateur pourra t’alerter sur le fait qu’il y a tel problème qui se fait jour ou que, parti comme on est parti, on va droit dans le mur : pour piloter au mieux en évitant le mur, mieux vaut être ainsi averti de la nécessité de barrer un peu plus à droite ou un peu plus à gauche. Pour cela, il n’est d’autre solution que l’échange. Piloter en étant enfermé dans son bureau et en se contentant de lire des tableaux de bord et des batteries d’indicateurs me semble dangereux : cela revient à se couper d’éléments d’analyse davantage qualitatifs qu’aucun tableau de bord ne peut donner aussi parfaitement qu’un humain qui sent les choses plus qu’il ne les calcule. Le monde est certes rationalisable par des procédures, des outils, des tableaux de bord ; il débordera pourtant toujours de ces petites cases sécurisantes dans lesquelles un esprit exagérément rationaliste et bureaucratico-technocrate voudrait pouvoir l’enfermer. Aussi aura-t-on tort de se priver des éléments d’analyse qualitative que les retours et échanges provenant des collègues peuvent nous apporter.
 
Piloter, c’est aussi donner du sens. Il y a la direction mais il y a aussi la signification : il s’agit là des deux faces d’une même pièce. Piloter, c’est donc « manager » des personnes et ce « management » qui nous vaut une littérature énorme ne peut raisonnablement faire abstraction de la question du sens de nos activités au sein de la collectivité. Si le sens n’est pas là, les humains que sont nos collaborateurs iront le chercher ailleurs et s’investiront plus en dehors qu’au-dedans. Pour piloter correctement un service ou une équipe encore faut-il dès lors chercher à connaître un peu ce qui anime chacun de nos collaborateurs dans l’existence et ce qui leur permettra de travailler avec nous plutôt que contre nous en allant dans une même direction, vers de mêmes objectifs dans lesquels ils se retrouvent un minimum.
 
 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail