*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettres à Johann 8
23/10/2016 21:01:01 (536 lectures)

Lettre n°8

Lettre n°8 du... 2016

Cher Johann,

Je m'empresse de vous répondre. Je ne pensais pas vous mettre dans un tel état de fureur par mon propos. Rassurez-vous : j'ai bien compris que « JAMAIS » vous n'accepterez de résumer ou voir résumer votre philosophie à une formule. Je ne pensais pas qu'attendre de vous une « formule » vous mettrait dans un tel état. Je ne pensais pas que ce terme même de « formule » générerait chez vous pareille réaction épidermique.

« Comment pourrais-je me résoudre à faire tenir l'essentiel de ce que la philosophie nous apporte en une...formule ? » demandez-vous. « La philosophie n'est point affaire de formules qu'il faudrait apprendre et répéter en se réduisant à n'être qu'un vulgaire perroquet ! » me dites-vous, sur un ton que je vous ai vu utiliser plus d'une fois face à vos adversaires en pensée, face à ceux qui ne pensent pas comme vous, et que vous traitez régulièrement de « dogmatiques », insulte suprême je crois bien, venant de vous.

J'espère ne pas être ainsi passé, au fil d'un simple courrier, d'une simple lettre à vous adressée, dans le registre de vos adversaires avec lesquels vous avez fini par ne plus vouloir gaspiller ni votre salive, ni l'encre de votre plume, tant leur nature leur barre l'accès, selon vous, à la philosophie véritable. La suite de votre courrier me rassure quelque peu. Les ponts ne sont pas coupés, à l'évidence, pour que vous m'invitiez ainsi à « réfléchir par moi-même » et à voir, toujours « par moi-même » ce que j'observe en lisant de la philosophie au quotidien durant mes heures de loisir.

« Vous qui lisez saint Augustin, vous qui étudiez ce qu'est le monde aux yeux de plusieurs philosophes », me dites-vous, « à vous il revient d'observer ce qui est dit, la façon dont cela est dit, et en quoi ce qui est dit là, d'une certaine façon bien spécifique, est inacceptable du point de vue de la philosophie véritable ».

Voilà bien des mystères, me suis-je dit, de prime abord. Que peut-il bien vouloir me dire par là, me suis-je demandé. Puis, vous relisant, j'ai fini par me dire qu'une philosophie comme celle de saint Augustin relève, à l'évidence, de ce que vous exécrez, peut-être même de ce que vous taxeriez de « philosophie dogmatique », ce qui est loin d'être un compliment dans votre bouche...

Mais qu'est-ce, alors, que la « philosophie véritable » dont vous parlez ? Et en quoi est-elle la seule, à vos yeux, qui mène à « sortir du chemin de l'ordinaire », comme vous le dites si joliment, « pour comprendre merveilleusement l'ordinaire de nos vies » ? Je ne le vois pas, pour l'instant en tous cas.

Fort heureusement vous me proposez de m'accompagner petit à petit dans le cheminement vers cette vérité déjà connue de vous ; je vous en suis fort reconnaissant. Vous avez déjà parcouru le chemin et j'aurai, si j'ai bien compris, la possibilité, en réfléchissant « par moi-même » d'être guidé par vous vers cette vérité.

La démarche me semble, par certains côtés, un brin mystérieuse, je ne vous le cache pas, mais je ne puis refuser, dès à présent, de me laisser guider par celui dont j'attends depuis si longtemps qu'il m'éclaire quant à ce que la philosophie recèle de plus profond en son sein. Soyez rassuré : j'ai bien compris que dans toute cette démarche vous ne souhaitez ni être mon maître, ni avoir un disciple « perroquet », j'ai bien noté que mon seul maître sera ma propre faculté de réflexion.

N'ayant guère lu que quelques pages de saint Augustin, pour l'instant, je peux simplement vous dire que j'observe un homme, aujourd'hui encore reconnu comme « philosophe », quoi que vous pensiez de la valeur de son propos, un homme qui, après s'être égaré à maintes reprises dans sa jeunesse, décide de se tourner vers Dieu, de confesser ses fautes et ainsi de viser à trouver une paix de l'ordre de la béatitude après que les désordres de sa jeunesse l'aient fait emprunter des chemins qui détournent de la bonne voie à suivre. Ne croyant guère en Dieu, pour ma part, j'observe, quoi qu'il en soit – puisque c'est cela que vous me demandez : d'observer –, un philosophe mais avant tout un homme, qui s'adresse à son Dieu, qui raisonne aussi, notamment sur la place où peut se situer ce Dieu s'il revient à ce dernier d'avoir créé le monde. De fait, où peut-on se trouver soi-même pour créer le monde ? En son sein, faisant soi-même partie du monde, et on se serait alors créé aussi comme on a créé toute chose ? Ou bien dans une certaine extériorité par rapport à l'objet ainsi créé mais est-ce, à cet endroit d'extériorité, autre chose donc que le monde lui-même ? Voilà ce que je lis, voilà à peu près ce que je comprends chez saint Augustin, en première lecture. Est-ce des remarques de cet ordre que vous attendez de moi en guise de premières « observations » ? Et si c'est cela, en quoi vous en faire part me mènera-t-il à découvrir ce que la philosophie, elle seule, peut nous apporter ? Je suis bien impatient de le savoir...

Bien à vous,


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail