*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
La réussite en pratique (13)
6/8/2015 12:45:34 (1331 lectures)

13. Ne pas se laisser dévier de sa cible

13.

Ne pas se laisser dévier de sa cible.

____________________

Pas facile de suivre et réussir un régime quand on nous propose ici des bonbons et chocolats pour telle ou telle occasion, là des « amuse gueule » au moment de l’apéritif. Pas facile de revenir chaque jour vers le livre qu’on lit, vers celui qu’on écrit quand tant de sollicitations nous incitent à nous divertir tout à fait autrement. Pas facile de refaire chaque jour les mêmes activités physiques, d’aller courir quand il pleut, quand il fait froid, quand il fait trop chaud… Dans la plupart des cas évoqués nous sommes facilement enclins à céder au plaisir immédiat, parfois peu soucieux des problèmes consécutifs à moyen terme en cédant à la facilité de la sorte.

Vient toutefois, le jour, parfois, où l’on vient à réaliser qu’à céder aux influences en tous genres et à voler dans tous les sens telle une feuille morte on risque de ne jamais aller bien loin, de ne rien construire ni d’intéressant ni de durable pour soi et ses proches. Sur fond d’une telle prise de conscience surgissent les décisions : ne plus accepter de manger telle cochonnerie, ne plus se remettre sous la couette après avoir entendu un coup de vent et deux gouttes de pluie, ne plus dire « oui » à tout et à tout le monde pour faire plaisir ou par peur de ne plus être aimé, ne plus accepter toutes les invitations si celles-ci risquent de mettre à mal la poursuite de nos propres projets.

Ceux qui réussissent, quel que soit le domaine, prennent le plus souvent une décision ferme et s’y tiennent : au risque de ne pas faire comme tout le monde, au risque de refuser des invitations que tous les autres accepteraient, au risque de ne pas se conformer aux traditions et autres règles non écrites qui régentent les comportements du plus grand nombre, au risque… du « qu’en dira-t-on ». Leur objectif ? Ne pas perdre de vue leur objectif ! Ne jamais le perdre de vue !

Il n’est pas toujours aisé de garder sa cible en ligne de mire. Il est plus aisé de remettre à demain le moment où on fera plus d’effort, le moment où on en viendra à dire « non » et à suivre ses propres projets au lieu de se laisser glisser dans ceux des autres. Il est plus aisé de prendre une cacahuète ou deux quand on nous tend l’assiette, au lieu de dire « non merci ». Il est plus aisé de faire comme tout le monde au lieu de se démarquer des autres et de se faire remarquer.

Il reste qu’il suffit très souvent de savoir dire « non » une fois, deux fois, trois fois pour qu’on ne nous propose plus ce que nous ne voulons pas boire comme tout le monde, ce que nous ne voulons pas manger comme tout le monde. Comme en bien des domaines de nouvelles habitudes finissent par s’instaurer et par remplacer les anciennes à notre niveau comme à celui des autres. Le nouveau sillon finissant par se creuser au bout de quelques passages, nous voilà plus à même de dire « non » à la croisée des chemins pour choisir notre chemin et non celui que d’autres voudraient nous voir emprunter et suivre.

Un autre type de satisfaction naît alors : une satisfaction qui n’est pas sur le mode du « tout, tout de suite » et sur le mode de plaisir immédiat, mais sur le mode du plaisir différé, un plaisir bien plus grand que le premier par ce qu’il nous apporte au bout du compte. Nous n’avons certes pas eu le plaisir d’accepter chaque invitation mais nous avons celui d’avoir écrit un ouvrage. Nous n’avons certes pas eu le plaisir d’aller à chaque fois prendre un verre avec certains amis en raison de notre entraînement sportif, mais nous aurons le plaisir de leur payer plusieurs verres une fois la médaille décrochée. Nous n’avons certes pas eu le plaisir d’aller tout de suite nous amuser après le cours et nous serons restés enfermés plus longtemps pour mettre ces cours au propre mais nous aurons le plaisir de ne plus avoir qu’à relire ces cours une fois à la veille des examens.

Viser sa cible, se forcer à la garder tout le temps en vue et se remettre régulièrement dans le bon chemin pour ne pas s’en écarter, pour ne pas se laisser dévier : voilà qui donne le moyen d’avoir le plaisir non seulement d’atteindre cette cible mais de pouvoir maîtriser ce qu’on fait et ce qu’on se fait être tandis que bien d’autres se laissent ballotter de ci de là au gré de courants contraires.

Réussir est donc surtout cela : poser la cible, la viser, l’atteindre ; poser l’objectif en pensée, ne pas se laisser distraire et s’acheminer en conscience vers la réalisation concrète de cet objectif. Ce faisant, on rejoint ce qu’on souhaitait avoir mais on rejoint aussi ce qu’il a fallu se faire être pour obtenir ce qu’on obtient. On devient auteur, on devient sportif médaillé, on devient un individu à la silhouette fort correcte, à l’esprit enrichi par nombre de lectures et conversations spécifiques avec certains membres choisis de son entourage comme avec les grands auteurs. Il n’y a que l’embarras du choix : il s’agit de se percevoir sous forme d’une cible spécifique puis de devenir ce qu’on aspire à devenir. Tout cela ne sera certes pas possible mais le choix sera plus large que celui laissé à ceux qui ne visent aucune cible et deviennent à leur insu ce qu’ils n’avaient pas aspiré à devenir.

A retenir

- Ne risquent d’atteindre leur cible… que ceux qui s’en donnent une !

- Savoir dire « non » aux sollicitations risquant de nous faire dévier de la cible

visée : une des conditions requises pour finir par atteindre cette cible.

- La cible tient dans ce qu’on vise à avoir : elle peut aussi être ce qu’on vise à

se faire devenir en visant ce qu’on cherche à obtenir.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail