*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
50 pièces à conviction...(40)
24/6/2015 22:25:22 (1300 lectures)

Conviction 40 / Enseigner

Enseigner = créer de belles vagues donnant à d'autres envie de se laisser porter plus loin ?



40

ENSEIGNER

Enseigner = créer de belles vagues donnant à d'autres envie de se laisser porter plus loin ?

Seuls les bons professeurs forment les bons autodidactes

Jean-François Revel (1997), Mémoires.

Le voleur dans la maison vide.

Editions Plon. Pocket, p. 192

L’enseignement peut être conçu comme une mission constituant, pour un enseignant, à apporter, pour ainsi dire, de la nourriture à des « enseignés » qui, en principe, sont demandeurs. Ainsi nombre de nos cours d’école et d’Université consistent-ils, encore aujourd’hui, pour les enseignants à venir déverser, pendant quelques heures, leur savoir dans les esprits entonnoirs. Ainsi nombre de nos épreuves scolaires et universitaires consistent-elles, encore aujourd’hui, à s'assurer de l'ingurgitation réussie : s'assurer en faisant recracher, en faisant régurgiter, en s'assurant que ce qui devait être ingurgité l'a bel et bien été. Une régurgitation qui, comme toute régurgitation, peut laisser quelque peu nauséeux, parfois…

En bien d’autres cas, l’enseignement peut tout aussi bien être conçu comme un lieu d’enseignement mutuel : l’enseignant enseigne, certes, mais il se fait aussi « enseigné » en se mettant pour partie à l’écoute de ce que ses « enseignés » peuvent lui enseigner en retour et comme en écho à son propre enseignement. Cela ne signifie pas que tous soient à égalité : comme l’a bien vu Philippe Meirieu si l’enseignant doit se présenter pour partie « comme » ses enseignés (le même : identité), « comme » celui qui a eu aussi un jour à apprendre, il doit en même temps toujours se présenter aussi comme « autre » (pas le même : différence). De fait, si l’enseignant n’a rien de plus que l’enseigné, pourquoi l’enseigné irait-il se mettre à son écoute ? Cela signifie, en revanche, qu’un enseignant a, le plus souvent, tout à gagner en se mettant à l’écoute de la façon dont son cours est reçu.

Nul d’entre nous n’est un réceptacle passif. Nul d’entre nous n’est capable de recevoir de l’extérieur des connaissances, des contenus d’enseignement sans que s’y entremêlent des interprétations, des façons subjectives d’appréhender ces contenus. Reste dès lors à appréhender l’auditoire comme ce qu’il est : un ensemble de subjectivités plus ou moins à l’écoute, percevant plus ou moins bien ce qui est présenté plus ou moins bien par un enseignant. Seul un minimum d’interaction parait de nature à permettre à l’enseignant de s’assurer que ce qui a été compris est à peu près conforme à ce qu’on a voulu faire comprendre.

Donner envie d’aller plus loin, inviter à penser par soi-même la pertinence d’une pensée qui a été présentée, ne concevoir son propre cours que comme une proposition de tremplin et non une fin en soi : autant de façons de concevoir les « enseignés » comme des libertés en mouvement et non comme des esprits mouches à attraper au vol et à figer par des cours attrape mouche, voire tue-mouche…

Donner à chacun la possibilité de découvrir d’autres chemins au bout desquels il est possible de devenir soi autrement qu’on ne l’imaginait de prime abord, donner des outils, des méthodes, des pistes pour que chacun puisse prendre conscience de ses potentialités et oser se construire à sa façon, oser s’épanouir en phase avec ses propres aspirations : autant de façons de concevoir les « enseignants » non comme de simples déversoirs mais comme des opportunités de résilience pour ceux qui, eux-mêmes, se seraient réduits à n’être que ce qu’ils pensent être, à ne faire que ce qu’ils se croient capables de faire.

Ainsi enseigner peut-il consister non à déverser mais à créer des vagues qui soient si belles qu’elles donnent envie de les prendre pour se laisser porter loin, très loin, bien au-delà de ce qu’on pensait être de prime abord et de ce à quoi on pensait se résumer.

Cela parait intéressant au niveau de l’école. Cela parait intéressant au niveau de l’Université. Cela parait tout aussi intéressant dès le niveau familial. Car les parents ne s’improvisent-ils pas aussi « enseignants » face à des « enseignés » lorsqu’il s’agit de répondre à leurs enfants ? Ne sont-ils pas dès lors, eux aussi, de ceux qui peuvent créer des vagues et livrer parfois des réponses sous forme de questions ?


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail