*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
50 pièces à conviction...(33)
19/6/2015 23:16:35 (1380 lectures)

Conviction 33 / Les mots

Briser les automatismes et se forcer à utiliser d'autres mots que ceux qui nous viennent directement à la bouche est un bon moyen de se donner d'autres représentations, ouvrant elles-mêmes sur d'autres attitudes.



33

LES MOTS

Briser les automatismes et se forcer à utiliser d'autres mots que ceux qui nous viennent directement à la bouche est un bon moyen de se donner d'autres représentations, ouvrant elles-mêmes sur d'autres attitudes.

Le mot empêche la perception réelle de la chose ou de la personne parce que le mot suscite de nombreuses associations. (…) les mots « Premier ministre » évoquent un énorme pouvoir, une position sociale élevée et beaucoup d'importance, alors que les mots « employé de bureau » suscitent des associations évoquant une situation de peu d'importance et une position sociale modeste et sans pouvoir. Dans les deux cas, le mot vous empêche donc de voir l'être humain. (…) Voir ce que les mots ont fait à notre pensée, en être conscient sans faire de choix, c'est apprendre l'art de l'observation – observer sans association.

Krishnamurti (2006) Apprendre est l'essence de la vie. Editions Presses du Châtelet, 2009, pp.124-125.

Sans que nous nous en rendions compte, les mots que nous utilisons, et ceux que nous entendons utilisés par d'autres que nous, véhiculent avec eux des déclencheurs de certaines représentations en nous. Ce n'est pas pour rien que nombre de magazines font régulièrement leur Une sur « la franc-maçonnerie », « les manipulations » dont nous serions les victimes : tous ces mots, toutes ces expressions attisent automatiquement l'envie de lever le secret, l'envie de savoir pour éventuellement s'indigner aussitôt. L'idée du complot en train de s'ourdir quelque part sans qu'on le sache encore a une puissance de feu indéniable pour faire taire en nous les dernières velléités d' esprit critique...

Les mots ont donc un impact. En français, on dit parfois qu'on a eu « des mots » avec quelqu'un et ce n'est pas pour rien, non plus, que – rime oblige – certains auteurs nous invitent à être soigneux avec l'usage de nos « mots » pour nous éviter, à nous et aux autres, nombre de « maux ». Il en est même qui, tel Anthony Robbins, invitent à user volontairement d'autres mots que ceux dont nous usons d'ordinaire et de façon automatique, à seule fin de briser les schémas négatifs dans lesquels nous entrons à notre insu dès qu'utilisation est faite de certains mots.

Il est vrai que, placés dans certaines situations (quelqu'un nous a mis en retard, par exemple, ou ne nous a pas livré ce que nous attendions alors que c'était très important pour nous,...), ce sont les mêmes mots, les mêmes expressions qui nous viennent aussitôt à la bouche. Et il y a fort à parier que ce sont, aussi, toujours sensiblement les mêmes représentations qui naissent ou renaissent dans notre esprit par la même occasion. Ainsi de ces personnes qui, quelque peu nerveuses au volant passent leur temps à insulter copieusement ceux qui vont trop vite, ceux qui ne vont pas assez vite,... Toujours ou presque les mêmes mots, derrière lesquels naissent et renaissent toujours les mêmes représentations à quelque chose près. Tout cela s'effectue en nous à ce point de façon automatique que nous sommes, comme on dit, « menés par le bout du nez » par les mots mêmes dont nous usons au quotidien. Par eux nous sommes comme poussés sur une pente de bobsleigh n'offrant qu'un seul chemin vers des représentations qui sont toujours les mêmes.

Pour recouvrer une certaine liberté et ne plus entrer dans des schémas de pensée et comportements qui sont toujours à peu près les mêmes et qui, parfois, nous desservent, reste donc bel et bien une piste : celle qui consiste à porter une attention soutenue aux mots que nous nous apprêtons à utiliser pour...faire le choix de ne pas les utiliser, et faire le choix d'en utiliser d'autres qui généreront d'autres représentations davantage susceptibles de nous mener là où nous souhaitions nous rendre.

Nous portons la responsabilité des mots que nous utilisons. Quand certains mots s'avèrent blessants, ou encore quand ils se révèlent bloquants pour que nous atteignions correctement nos objectifs, nous avons tout à fait le pouvoir d'apprendre à en utiliser d'autres. L'exercice n'est certes pas des plus facile, habitués que nous sommes à passer par les mêmes sillons déjà tracés, il reste que nous avons aussi le pouvoir de travailler à défaire les anciens sillons pour en creuser d'autres : des sillons vers une liberté retrouvée.

Ainsi un « supérieur hiérarchique qui nous convoque » devient-il un « collègue qui souhaite nous voir et a besoin de nous ». Ainsi des « épreuves » écrites et/ou orales deviennent-elles « une opportunité de futur emploi ». Ainsi un « résultat complètement nul » devient-il un « résultat offrant de grandes marges de manœuvre de progression possible ».

Ce ne sont pas les mêmes mots. Ce ne sont pas les mêmes expressions. Et derrière, ou après, ce ne sont ni le même état d'esprit, ni les mêmes attitudes qui vont surgir.

Quels mots dois-je utiliser pour me mettre le plus possible en état d'atteindre ce que je souhaite atteindre ? Une question qu'il ne serait peut-être pas malvenu de se poser parfois...


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail