*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
50 pièces à conviction...(12)
4/6/2015 20:26:53 (1139 lectures)

Conviction 12 / La présence, le présent

Il ne suffit pas d'être présent et en vie, il faut aussi être présent à la vie pour que cette présence soit offerte comme un véritable présent, un véritable cadeau.



12

LA PRESENCE, LE PRESENT

Thèse : il ne suffit pas d'être présent et en vie, il faut aussi être présent à la vie pour que cette présence soit offerte comme un véritable présent, un véritable cadeau.

(…) la présence, en même temps qu’elle nous est donnée immédiatement (et même n’est-elle pas le seul immédiat ?), est ce qu’il nous faut néanmoins conquérir – à quoi il faut accéder.

François Jullien (2011), Philosophie du vivre. Editions Gallimard. Folio essai. 2015, p. 22.

Il peut arriver, parfois, que nos vies en viennent comme à glisser subrepticement dans l’ombre d’elles-mêmes. Nous avançons, pris dans nos pensées, et ne nous rendons compte que bien plus tard, et parfois trop tard, que notre regard ne s’est pas véritablement posé sur le paysage. Nous sommes là, mais nous sommes en même temps absents. Nous sommes en présence d’autrui, mais nous ne sommes présents ni à sa parole pour la recueillir, ni à son être pour l’accueillir.

Où l’on voit, effectivement, qu’en un sens il n’est rien de plus aisé que d’être présent – ne suffit-il point d’être là ? – et qu’en un autre, il n’est, en même temps, rien de plus difficile que de l’être pleinement, pour de bon. La présence, certes immédiate, parait exiger, pour être pleine et entière, la médiation de l’effort. Etre présent n’est pas simplement être là dans la présence. Ce doit être quelque chose de plus. Ce doit être : être là de telle sorte qu’autrui, par exemple, puisse compter sur cette présence, puisse aussi sentir qu’elle est là au point qu’elle compte vraiment. Il nous faut donc, bel et bien, la « conquérir ». Et rien, à ce niveau, ne paraît gagné d’avance…

Rien n’est gagné d’avance, parce qu’il nous est possible d’être là tout en nous interrogeant sur ce que nous ferons ensuite et en nous projetant donc déjà ailleurs que là où nous sommes : nous sommes alors là, sans l’être vraiment. Rien n’est gagné d’avance, car il peut se faire que nous laissions la télévision faire écran dans nos relations à ceux qui sont présents, il peut se faire que nous nous coupions d’un échange, que nous l’interrompions pour répondre à un message téléphonique ou autre. Rien n’est gagné d’avance, car il peut se faire que nous soyons débordés et que rien, pas même une question que nous pose autrui, ne parvienne à faire que nous nous arrêtions en chemin, que nous nous posions un instant.

Nous vivons, certes, en ce sens que nous respirons, mais resterait à prendre le temps de s’écouter respirer pour, peut-être, vivre plus pleinement sans se laisser absorber par tous les capteurs d’attention. Nous sommes présents, certes, en ce sens que nous sommes mutuellement en présence les uns des autres, mais resterait à prendre le temps de s’ouvrir à l’autre et non à l’image préconçue que nous nous en étions donnée.

Prenant le temps de vivre pour vibrer vraiment, prenant le temps d’être présent sous forme de présence pleine et entière à autrui et au monde en général, peut-être redécouvririons-nous soudain, et comme pour la première fois, le plaisir qu’il y a à se laisser subjuguer par un paysage, par la dimension unique de celui/celle qui est là dans cette présence mutuelle ?

Quand bien même nous sommes en vie, sans effort pour ce faire, et dans une véritable immédiateté, encore nous faut-il nous acheminer vers quelques efforts, vers quelques médiations pour être présents à la vie. Quand bien même nous sommes présents, en ce sens que nous sommes là, nous sentons bien qu’il ne suffit pas d’être là pour qu’autrui sente que « nous sommes là » au moment d’un coup dur. L’immédiat exige le médiat pour advenir pleinement et se réaliser complètement.

La présence, bien qu’immédiate exige la médiation. La présence, bien que donnée d’entrée de jeu exige d’être offerte pour ne pas être simple présence ici et maintenant mais un cadeau, pour être un présent et répondre, de la sorte, à la plus belle de ses promesses.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail