*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
50 pièces à conviction...(3)
24/5/2015 10:19:03 (1227 lectures)

Conviction 3 / Le bonheur

Etre heureux, cela se construit : par l'apprentissage de certaines façons appropriées de percevoir et de réagir.



3

LE BONHEUR

Thèse : Etre heureux, cela se construit : par l'apprentissage de certaines façons appropriées de percevoir et de réagir.

Le bonheur réside donc dans notre habileté à percevoir les offrandes de la vie et à réagir à celles-ci dans la joie.

Jim Rohn, Stratégies de prospérité.

Ed. Un monde différent, p. 19.

« Le bonheur » : s’il est une préoccupation qui est dans tous les esprits, au moins depuis le cinquième siècle avant Jésus-Christ, c’est bien celle-là. Tout le monde aspire au bonheur. Rares sont ceux qui prennent plaisir à être malheureux et, quand c’est le cas, c’est fort probablement parce qu’il y a quelque bonheur encore à se complaire dans le malheur, à se présenter comme malheureux en attirant pitié ou compassion en guise d’effets secondaires. Hormis ces rares cas, nous aspirons tous à être heureux.

Pareille aspiration est, d’une certaine façon, ambitieuse dans un monde dont on sait qu’il nous apportera à tous, à un moment ou un autre, douleurs, souffrances. Elle devient une gageure quand on apprend que le bonheur se veut un état durable de plénitude, de joie, de satisfaction, de sérénité, un état permettant à l’esprit et au corps de se tenir à l’écart de la souffrance, du stress,…

Etres de désir, dans un monde qui n’apporte pas que du plaisir, comment pourrions-nous accéder à pareil sentiment de plénitude sauf… à être un imbécile heureux sur lequel les maux glissent comme l’eau sur un imperméable ? La chose parait bien impossible. Nul n’étant tenu à l’impossible, que reste-t-il parmi les possibles ?

Il reste à définir le bonheur autrement qu’on ne l’a fait, en étant plus modeste tant au niveau de la définition que dans le projet d’être heureux : en intégrant ce que permet la condition humaine. C’est ce que fait, à sa façon, le philosophe d’affaires Jim Rohn. Ainsi définit-il le bonheur non comme un état ou un lieu merveilleux qu’il s’agirait de rejoindre mais, plus humblement, comme une « habileté » à acquérir, a fortiori comme une façon d’agir susceptible d’être l’objet d’un apprentissage. Qu’y a-t-il à apprendre en l’occurrence ?

Nous qui aspirons au bonheur, il nous faut apprendre à « percevoir les offrandes de la vie » nous dit-il. Et deuxième temps de l’affaire : il nous faut apprendre, aussi, à « réagir » [à ces offrandes] dans la joie.

La vie nous fait des cadeaux. Pas simplement aux moments des anniversaires, de Noël et que sais-je encore ! A d’autres moments aussi. Or il y a fort à parier que, pour la plupart d’entre nous, nous soyons du genre à passer à côté de ces présents de la vie sans même nous en rendre compte, sans même les percevoir. Il nous faut donc apprendre à « percevoir ».

Percevoir n’est pas simplement ouvrir les yeux. A preuve le fait que certains d’entre nous ne se mettent à percevoir l’importance d’un proche qu’au moment où ce dernier n’est plus. La présence d’autrui était un présent, or nous ne l’avions point perçu. L’aurions-nous perçu, nous en serions-nous aperçu, nous aurions alors appris que nous pouvions voir en cette présence comme une des « offrandes de la vie ». Alors, mais alors seulement, nous aurions pu apprendre aussi à « réagir » de façon appropriée : non par l’indifférence, mais par la reconnaissance.

Le bonheur, en tant qu’état de plénitude constant, durable, n’est pas à notre portée et il n’est, de toutes façons, pas dit que pareil état soit enviable lorsque la satisfaction de tous les désirs équivaut à l’extinction de tout désir. Pour autant, rien ne nous interdit de prendre le temps de goûter le bonheur beaucoup plus modeste mais aussi beaucoup plus réel que nous décrit Jim Rohn, un bonheur bien plus à notre portée.

Qui dit apprentissage dit nécessité de travailler, pour peu, tout du moins qu’on aspire à se délecter des fruits d’un tel apprentissage. Ne reste plus dès lors qu’un premier pas à faire : se mettre au travail en terme de « perception » et de « réaction »…


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail