*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
L'homme qui marchait dans sa tête...(2)
5/4/2015 17:24:47 (1917 lectures)

Journal philosophique 2

Un pauvre type...



Un pauvre type...

Depuis ma dernière marche, je suis allé sur Internet pour taper sur un moteur de recherche "L'homme qui marchait dans sa tête". J'espérais que ce titre ne soit pas déjà pris. Je n'avais pas songé à aller m'enquérir de cela auparavant.

Déception : le titre est déjà pris. Il est pris par un auteur qui a écrit sur sa situation de handicap. Une situation qui fait qu'il ne peut plus marcher et que, pour autant, d'après une synthèse de l'ouvrage que j'ai lue rapidement, il n'a jamais été aussi mobile que depuis son accident.

Cela me fait penser à un mail reçu déjà il y a quelques années. Une auteure me laissa un message m'indiquant, m'apprenant que l'expression que j'utilisais en parlant moi-même de "stratégie de la bienveillance" faisait écho au titre de son ouvrage et qu'il aurait été bienvenu que j'en fasse mention dans mon court article. Je répondis en toute sincérité à cette auteure, la priant de me croire sur parole : je ne connaissais absolument pas son ouvrage et n'avais guère eu l'intention d'user pour mon propre compte d'une expression utilisée par quelqu'un d'autre. Elle me crut sur parole, fut contente que je cite son ouvrage, que je n'avais pas lu, en bas de page, et l'affaire fut classée sans suite.

Cette fois, j'utilise un titre qu'un auteur a déjà utilisé mais, à l'évidence, en ayant tout autre chose à l'esprit derrière un tel titre. Pour le coup, j'irai fort probablement acheter ce livre en librairie. Le contenu semble intéressant, même si je ne vois, par ailleurs, aucun lien avec mon projet actuel d'écriture. Je verrai si je reçois un autre mail... Michel Onfray a repris, pour un de ses livres, le titre d'un ourage d'un auteur, également, mais d'un auteur décédé depuis belle lurette. Il y a peu de probabilité qu'il reçoive un mail de la part de ce dernier...

L'homme qui marchait dans sa tête... : ce titre, à vrai dire, m'est venu à l'esprit probablement pour partie parce que, quand je marche, et quand je fais, surtout, comme il m'arrive de temps en temps, une marche en boucle autour des quelques quartiers du coin, en partant de chez moi, je pense à un type que je croise depuis des années en traversant régulièrement l'artère centrale de Recouvrance...

Ce type, que j'appellerais bien un "pauvre type", n'était le jugement de valeur qui sourd aussitôt dès qu'on emploie pareille expression connotée, est un type qui...marche sans arrêt et fort vraisemblablement en faisant sa promenade en boucle. C'est un pauvre type, en ce sens qu'il n'a vraisemblablement plus toute sa tête: une fois, à l'arrêt à un feu rouge dans ma voiture, je l'ai vu, tout vouté qu'il est, se pencher pour ramasser par terre ce que je crois être un mégot. J'imagine qu'il passe sa journée à cela : en quête de mégots à ramasser. Ramasser des mégots, les mettre dans la poche de sa vieille veste, les ramener chez lui pour les défaire, en extirper le tabac qui reste et se confectionner quelque roulée de fortune à partir de feuilles OCB. J'imagine, dis-je... Et il n'est pas dit que cela soit bien loin de la réalité.

Tout comme moi, ce type marche. Tout comme moi, parfois, il fait des marches en boucle. Tout comme moi, il parait aux prises avec les préoccupations qui lui sont propres.

Pendant des mois et des mois, habitant alors moi-même Recouvrance, j'ai vu la barbe de ce pauvre type allonger, allonger au fil de ses pèlerinages quotidiens. Une barbe que quelqu'un a un jour rasée. Lui, peut-être, mais j'en doute, tant il me semble pris par son monde intérieur ; plutôt quelqu'un d'autre. Ce type m'a toujours laissé sur la même impression quand je le croise : il me semble marcher dans sa tête...


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail