*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettre à un jeune cadre territorial (18)
27/3/2010 11:32:40 (3407 lectures)

LJCT 18 Conseils bibliographiques

LJCT 18
 
XVIII Conseils bibliographiques
 
J’hésite à te donner quelques conseils bibliographiques pour aller à la rencontre de théories et d’outils susceptibles de te servir au quotidien : quels ouvrages pourront le mieux te servir, je ne le sais guère. Je te suggère toutefois de lire, si tu en as le temps – ou plutôt, si tu te le donnes ! –, les auteurs suivants : Philippe BERNOUX sur la sociologie des organisations et les stratégies d’acteur ; Stephen COVEY sur la seul philosophie valable à mes yeux dans l’univers du travail, à savoir celle de la conscience et du volontarisme ; la sociologie de Erving GOFFMAN sur les jeux d’acteurs au quotidien lors des interactions entre individus[1].
 
Ce qui compte ici n’est pas tant le fait de connaître des théories que celui de pouvoir décrypter un tant soit peu le jeu d’un acteur : pour ne prendre qu’un exemple, il peut fort bien se faire qu’un individu semble se déchaîner sur toi demain en réunion et il peut se faire qu’en l’absence de recul tu prennes cela mal et te mettes par exemple à culpabiliser suite à tel ou tel reproche qui est formulé à l’encontre de ton service ou de telle action que tu viens de présenter. Saches qu’en certaines occurrences la véhémence de celui qui émet une critique est moins destinée à t’attaquer qu’à indiquer au reste de la salle qu’on est capable d’adopter telle ou telle posture. En clair : tu peux te faire engueuler par quelqu’un qui ne t’en veut pas mais qui souhaite par ce biais montrer à ses supérieurs hiérarchiques sa capacité à s’affirmer et à afficher de façon ferme son point de vue devant d’autres. Inutile donc de prendre tout pour soi dans une telle situation ! Autant savoir que de tels cas de figure sont susceptibles de se produire et autant avoir un minimum de notions concernant les situations cocasses dans lesquelles nous pouvons nous retrouver sans comprendre d’entrée de jeu ce qui nous arrive et ce qui nous vaut de vivre de tels instants inoubliables…
 
Pour tout t’avouer – ou presque ( !)… – certaines théories philosophiques me servent parfois au quotidien. Ainsi en est-il, pour prendre les plus simples, de la célèbre distinction stoïcienne entre « ce qui dépend de nous » et « ce qui ne dépend pas de nous ». Cette distinction peut être encore d’actualité et peut permettre de lâcher prise : à quoi bon s’énerver par exemple face à certaines choses qu’il n’est pas en notre pouvoir de changer ? Dans le travail il y a le segment sur lequel nous intervenons et sur lequel nous avons prise : mais il y a également en amont ou en aval tout un ensemble de paramètres déterminés par d’autres que nous. Prenons un exemple qui a l’inconvénient d’être simpliste mais l’avantage d’être clair : il est en mon pouvoir d’alerter un élu ou un supérieur hiérarchique sur le fait qu’à s’engager sur tel ou tel chemin on risque de s’embourber, en revanche il ne dépend pas de moi qu’autrui passe outre mes conseils et décide malgré tout d’aller s’embourber.
 
Sans doute convient-il de travailler en conscience sur le segment de travail qui dépend de nous ; en revanche, pour le reste, le mieux pour préserver sa propre santé mentale demeure à mes yeux de savoir être sans état d’âme concernant les décisions et choix retenus par d’autres que nous dans leur propre périmètre d’intervention.
 
Où l’on voit, une fois de plus, que la gestion de soi et de ses propres émotions constitue une part non négligeable du travail du cadre territorial. Pour ce dernier travailler signifie certes contribuer à mettre en œuvre des politiques mais de façon moins grandiose et néanmoins importante, cela signifie aussi savoir conserver une certaine maîtrise de soi. Sans doute comprends-tu mieux dès à présent pourquoi les oraux d’entraînement du concours se caractérisent par des mises en situation visant à tester un candidat en situation de possible déstabilisation.


[1] Philippe Bernoux, La sociologie des organisations. Initiation. Editions du seuil ; Stephen R. Covey (2003), Les sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent, Editions Générales First ; Erving Goffman (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi. Les Editions de Minuit.
 
 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail