*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Promenades (35)
23/2/2015 19:45:55 (1514 lectures)

Promenade 35

Promenade 35

Dans L'existentialisme est un humanisme (Folio, pp.46-47), Sartre évoque le cas d'un homme qu'il a connu lors de sa période de captivité. Cet homme avait, pourrait-on dire, collectionné une seule chose dans l'existence : les échecs ! Échec à l'école, échec et non obtention de distinctions que reçoivent d'ordinaire les enfants, échec dans sa vie sentimentale, échec encore au niveau de sa préparation militaire. Bref, ce brave homme n'avait connu qu'échec sur échec. Aussi y vit-il le signe de quelque chose. Le signe de quoi ? De sa nullité en tout ? Du désespoir dans lequel il n'avait plus dès lors qu'à se noyer ?

Rien de tout cela, nous dit Sartre. Cet homme y vit le signe qu'il ne pouvait récolter qu'échec dans les champs du monde ici-bas, il décida donc, pour ainsi dire, d'aller labourer ailleurs d'autres terres plus fertiles : celles de la religion. Il décida d'entrer dans l'ordre des Jésuites.

Aux yeux de Sartre, cela n'indique qu'une chose : le fait que l'Homme seul décide du « sens du signe ». Cette décision est « prise par lui tout seul ». Du point de vue athée auquel Sartre se situe, cela indique aussi que la « délaissement » dans lequel nous sommes – l'absence d'un Dieu pour nous indiquer quel choix serait le meilleur – nous mène à devoir décider « tout seul » et ce, bien souvent dans « l'angoisse » qui résulte du sentiment de responsabilité ressenti lors de certaines décisions que nous devons assumer.

Ainsi les soi-disant « signes » que nous voyons dans ce qui nous arrive et sur fond desquels nous optons pour telle réaction plutôt que pour telle autre ne sont-ils jamais autre chose que le sens que nous décidons, nous-mêmes, de donner aux choses. Voudrions-nous nous faire croire que « la vie » a voulu que nous prenions tel chemin, la vie n'y est, elle-même, pas pour grand chose. Y est bien plus pour quelque chose le fait que nous ayons décidé nous-mêmes, librement, de voir telle chose en elle, de l'interpréter d'une certaine façon et de donner tel sens à ce qui nous arrivait au lieu de tel autre qui aurait aussi bien pu faire l'affaire.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail