*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettre à un jeune cadre territorial (14)
16/3/2010 22:42:40 (3046 lectures)

LJCT 14 Quelques constantes dans le travail au quotidien

LJCT 14
 
XIV Quelques constantes dans le travail au quotidien 
 
Les métiers susceptibles d’être exercés par les cadres territoriaux sont extrêmement divers en raison des thématiques d’intervention (urbanisme, culture, insertion, routes…), en raison des types d’approche qu’ils requièrent (il s’agit d’être expert, spécialiste ou/et parallèlement généraliste et polyvalent), en raison des postures qu’ils demandent d’adopter (soit être soi-même dans la production d’actions, soit être une ressource au service des collègues qui sont dans la production de ces actions : apport méthodologique, apport d’expertise…). Ces métiers sont d’une grande diversité mais, en même temps, on y observe comme des constantes.
 
Une des constantes tient dans le fait de devoir apprendre à gérer les priorités. D’un côté, ceux qui voudraient faire « tout tout de suite » comme les enfants et qui doivent se rendre à l’évidence : tout ne sera pas faisable sur un claquement de doigt en un court instant. De l’autre, ceux qui souffrent de ce que nos encyclopédies de psychologie nomment de façon pédante la « procrastination » : maladie qui consiste à passer son temps à remettre au lendemain ce qu’on a à faire. Entre les deux il y a la gestion des priorités : il y a ce qu’on peut faire tout de suite mais qui n’est pas urgent, il y a ce qui est urgent et qu’il faut faire rapidement sous peine par exemple de mettre en danger la vie d’autrui (plaque d’égout qui n’a pas été remise correctement dans telle école où jouent les enfants, fugue de tel jeune relevant du statut protection de l’enfance et pour lequel il convient de prendre des mesures, des décisions…) : et il faut se mettre des priorités, lesquelles peuvent évoluer et donc s’intervertir…
 
Une des constantes tient aussi dans le devoir d’alerte : devoir d’alerter sa hiérarchie et les élus parfois dans tel ou tel cas de figure. Tel est le cas, par exemple, quand on apprend que telle ou telle chose fait problème dans telle institution en lien avec la collectivité et que l’autorité territoriale, le Maire dans telle commune, va devoir faire face à des réclamations et donner suite en prenant des mesures.
 
Cette constante est elle-même liée à une autre constante : la fameuse « aide à la décision ». Non que tes supérieurs ou tes élus soient incapables de décider par eux-mêmes et sans aide ; il reste que bien décider signifie le plus souvent, en principe, pouvoir trancher en connaissance de cause, en ayant à l’esprit les diverses options et avantages, inconvénients des unes et des autres. Il nous revient, à nous autres cadres territoriaux, de présenter ces options le plus clairement possible.
 
Une autre constante tient dans le nécessaire lien qui doit exister entre ce que l’on fait en tant que cadre territorial et ce que les élus veulent faire. Tu le sais sans doute comme moi : tout notre travail tient dans la mise en place et en œuvre de modalités administratives et stratégiques destinées à concrétiser le projet des élus. Comme je te l’ai déjà dit, cela ne signifie pas qu’il s’agit d’attendre que son téléphone sonne pour prendre connaissance d’une commande éventuelle des élus. Il s’agit aussi, pour nous autres techniciens, de provoquer cette commande parfois en soumettant telle ou telle proposition d’action aux élus soit directement lorsqu’on est Directeur général des services, soit par le biais de la ligne hiérarchique.
 
Une autre constante encore tient dans le fait d’être, de devoir être le garant des règles : règles de la comptabilité publique, règles des marchés, règles émanant du statut des fonctionnaires, etc. En clair : il s’agit d’être le gardien de la ligne rouge et, pour ainsi plaisanter, de sortir son sifflet dès que quelqu’un s’apprête volontairement ou malencontreusement à franchir cette ligne.
 
Sans doute y a t-il d’autres constantes comme notamment le fait de devoir gérer un budget, des ressources humaines, etc. Je ne prétends pas en avoir ainsi fait le tour. Voilà en tous cas quelques-unes de ces constantes qui me traversent l’esprit en t’écrivant.
 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail