*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Nouvelles réflexions sur la RAEP (7)
29/1/2014 20:13:26 (4709 lectures)

Nouvelles réflexions sur la RAEP (7)

-"Reconnaissance" des acquis de l'expérience



29/01/2014

« Reconnaissance » des acquis de l’expérience

Venons-en maintenant à cette idée de « reconnaissance » des acquis de l’expérience professionnelle. Nous sommes surtout, à présent, du côté du jury : ce dernier doit « reconnaître » (…ou pas !) qu’il y a bien des « acquis de l’expérience professionnelle » qui se sont sédimentés chez le candidat. Comment peut-on « reconnaître » une telle chose ? et que signifie ici « reconnaître » ? Avant d’aller plus loin dans la réflexion sur ce point, disons les choses simplement : le jury doit en fait acter qu’il y a bel et bien des « acquis » qui se sont accumulés au fil des années, tout au long du parcours du candidat. Ce dernier a appris à faire telle chose : conduire une réunion, faire un compte rendu,… Avant le candidat ne savait pas faire telle et telle chose et, petit à petit, il a manifestement progressé en développant de plus en plus de compétences spécifiques de telle sorte que le jury peut en venir à se dire : ce candidat est dès à présent capable d’accéder à des responsabilités nouvelles, à davantage de responsabilités du fait qu’il a aujourd’hui les compétences requises pour ce faire. Voilà en gros et de façon simple, ce que peut signifier « reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle ».

Une autre vision des choses, qu’il vaut mieux garder pour soi quand on l’a en tant que candidat, est celle qu’on entend parfois : « j’ai le droit à… », « je me présente au jury pour qu’il reconnaisse que j’ai le droit d’accéder à un autre grade après toutes ces années ! ». Qu’on le pense, soit. Qu’on le dise tel quel, en revanche, n’est pas des plus pertinent. Mieux vaut éviter de dire à un jury qu’il « nous doit » une forme de reconnaissance : c’est un bon moyen de le fâcher… Nul n’aime qu’on lui dicte ce qu’il a à faire. Par ailleurs, il y a lieu de penser que le jury est dans une toute autre disposition d’esprit et conçoit la « reconnaissance » dont il est question d’une autre façon.

Le jury n’est pas là pour donner une satisfaction psychologique au candidat : au sens où il serait chargé d’élever l’estime de soi du candidat en le flattant pour ce qu’il a réalisé dans le passé. On peut imaginer que le jury est bien plutôt là pour voir quels candidats s’avèrent avoir progressé au fil des années au point d’être en mesure, grâce à leur expérience et aux compétences acquises, de remplir d’autres missions exigeant un ensemble de compétences d’un certain niveau. Si certains candidats sont devenus plus compétents, autant leur donner la possibilité d’accéder à des postes plus élevés : l’administration s’y retrouvera puisqu’elle ne laissera pas au même niveau de responsabilité des personnes (sous employées) qui ont démontré qu’elles sont capables de faire aujourd’hui plus et mieux qu’hier ; et les candidats s’y retrouveront davantage, en terme de motivation, lors même qu’ils observent que les compétences développées leur valent d’être reconnus comme dotés aujourd’hui de compétences supérieures à celles d’hier, plus nombreuses que celles d’hier.

« Reconnaître » signifie donc ici, pour l’essentiel, acter l’existence d’un progrès justifiant l’accès à de nouvelles responsabilités et à un traitement (salaire) correspondant. Dit autrement : on sera prêt à proposer de vous payer davantage si vous nous aidez, vous candidat, à « reconnaître » que vous êtes plus aujourd’hui que ce que vous étiez hier et que cela vous permettra demain d’exercer des fonctions plus importantes, demandant davantage de capacités d’initiative, de prise de décision,…


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail