*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
20 premiers conseils en stratégies de réussite
21/4/2013 4:28:28 (2821 lectures)

20 premiers conseils pour mieux réussir et être plus heureux...  (A suivre ?...)

Extrait de : Philippe Géléoc, Réussir sa vie (Lettre n°18).

20 premiers conseils en stratégies de réussite, pour mieux réussir et être plus heureux…
 
1/ Méfie-toi des conceptions caricaturales et étriquées de la réussite. La seule réussite qui me semble devoir compter à nos yeux est moins celle dont parlent les médias que celle qui fera sens pour toi et aura de la valeur selon tes propres critères.
 
 
2/ Attention aux « petites voix » qui, en toi, te font croire que « tu n’as pas le niveau », que la réussite « ça peut bien attendre demain », etc. Rappelle-toi ce que je t’ai dit sur ce sujet : nous sommes parfois à nous-mêmes notre pire ennemi.
 
 
3/ Fais en sorte de sortir des schémas de pensée éventuels qui t’enferment dans l’idée que tes capacités sont très limitées : très souvent nous nous interdisons de réaliser nos rêves du fait que nous nous jugeons incapables d’accéder à tel ou tel niveau ; or bien souvent, c’est en dépassant ces premières représentations enfermantes et surtout en se lançant à l’eau qu’on finit par réaliser qu’on nage aussi bien que les autres et qu’il était absurde de figer ainsi par avance ses propres possibilités.
 
 
4/ Une fois que tu auras déterminé ce qu’il te faudra réaliser pour un jour, pouvoir te retourner, contempler ce que tu as bel et bien réalisé et te dire que tu as « réussi ta vie » au sens où tu as fait ce qu’il te tenait à cœur de faire, je t’invite fortement à mettre tes objectifs par écrit et à poser des dates butoir de réalisation. Je t’invite, aussi, à relire régulièrement ton plan d’action, les objectifs et le temps qu’il te reste pour atteindre ces objectifs.
 
 
5/ Pour chaque objectif à atteindre je te propose de voir si la tâche ne peut pas être séquencée. Ainsi écrire un livre d’une centaine de pages peut apparaître comme une montagne : en revanche écrire une page chaque jour et être arrivé à une centaine de pages dans trois mois et demi indique que la montagne n’est ici qu’un ensemble de cailloux à mettre chaque jour l’un par-dessus l’autre sans beaucoup se fatiguer.
 
 
6/ Le plus dur est peut-être de se tenir à des tâches journalières que l’on s’impose à soi en vue d’atteindre ses objectifs. Régularité et ténacité ne sont toutefois pas si difficiles que cela à mettre en œuvre pour qui a d’un bout à l’autre en tête l’image du merveilleux rêve qu’il s’agit de concrétiser et qui donne son sens à chaque petite tâche du quotidien contribuant à cette concrétisation. La discipline n’est jamais qu’une seconde nature à acquérir au fil de nouvelles habitudes à enclencher. N’oublions jamais que cette contrainte pesant sur la liberté est aussi et en même temps le seul moyen pour cette même liberté de se réaliser.
 
 
7/ Ecarte de tes fréquentations tous ceux qui te donnent de toi, de tes actions quotidiennes et du monde en général une représentation négative. Dis-toi bien que nous ne sommes jamais réductibles aux représentations négatives que certaines personnes à l’esprit malveillant tendent à nous faire adopter à l’égard de nous-mêmes. Y croire reviendrait à leur donner raison.
 
 
8/ N’attends pas d’avoir réussi à obtenir ce que tu voulais obtenir pour commencer à donner à ton tour. C’est bien souvent en commençant à donner qu’on se met à recevoir. Ne donnes pas, toutefois, avec pour objectif de recevoir en retour : mieux vaut donner sans attendre quoi que ce soit en retour, c’est le meilleur moyen de recevoir sans s’y attendre.
 
 
9/ Observe autour de toi comment fonctionnent ceux qui te semblent réussir et même exceller dans leur domaine (excellent professeur, excellent manager, etc.). Il suffira, ensuite, de prendre modèle sur eux. Sans doute remarqueras-tu que ces individus qui excellent en divers domaines ont des caractéristiques communes : ils sont corps et âme présents à ce qu’ils font notamment ; bien souvent également ils continuent à voir le verre à moitié plein et gardent le sourire quand tout le monde autour d’eux se plaint et s’afflige de ce que le verre soit à moitié vide…
 
 
10/ Si tu ne t’y es pas vraiment mis pour l’instant, je t’invite vraiment à le faire : lis. Mets-toi à lire régulièrement. Il y a ce qui est aujourd’hui observable autour de nous et je t’ai ainsi proposé de prendre modèle sur ceux qui excellent ; mais il y a aussi ce que quantité d’auteurs nous apprennent par leurs ouvrages sur ce qu’est la vie, sur ce qu’est la réussite et sur ce qui peut être fait pour maîtriser sa propre vie et réussir au mieux celle-ci. Les livres sont des outils au service de ta réussite. Certains n’hésitent pas à souligner les passages importants à leurs yeux afin de pouvoir y revenir aisément. Il y a dans les livres de tels trésors que tu feras partie des plus riches en allant puiser toi-même directement parmi toutes ces richesses. Les dépenses en achats de livres sont un investissement, au même titre que les efforts pour se discipliner sont construction d’un tremplin vers la liberté véritable.
 
 
11/ Une fois ton objectif mis par écrit, une fois tes sous-objectifs également notés, je t’invite et t’invite fortement à ne plus faire autre chose que viser ta cible, tel un missile militaire programmé pour atteindre sa cible jusqu’à la faire exploser. Tu observeras alors probablement comme moi que lorsqu’on relit son objectif régulièrement et qu’on n’a plus que lui en tête certains évènements qui seraient passés pour anodins à tes yeux auparavant se transforment en véritables opportunités au service de ton projet.
 
 
12/ Suis ta première intuition et lance ton projet s’il te semble pertinent : n’attends surtout pas que des esprits aigris faisant la moue tirent vers le bas par leur attitude ce que ton enthousiasme saura monter au pinacle.
 
 
13/ Fais en sorte d’avoir confiance en toi. Si tu n’as pas pour l’instant confiance en toi et en tes capacités, fais comme si c’était le cas. Le fait de « faire comme si » finit bien souvent par nous transformer. A force de faire des petits pas avec des « comme si » on finit par parcourir de grands chemins et par acquérir une vraie confiance en soi à la simple vue du chemin parcouru. Ce chemin témoigne à l’évidence d’une capacité à réaliser ce qu’on s’était, un temps, cru incapable de réaliser.
 
 
14/ Continue à cheminer vers l’atteinte de ton objectif quelles que soient les rencontres en chemin. Une critique de ce que tu fais peut être vue par toi comme un test de ton endurance : soit tu la prends mal et t’arrêtes alors en chemin, soit tu continues ton chemin en gardant bien en tête le fait que tu seras bien méritant de ne jamais avoir baissé les bras là où bien d’autres l’auraient fait à ta place. Les bourrasques de vent ne doivent pas te décourager, il s’agit, au contraire, de s’en servir pour gonfler encore plus les voiles qui te font avancer vers la destination de ce qui est, à tes yeux, réussite. N’oublie jamais que les évènements ne sont jamais déprimants en eux-mêmes : il n’y a que des individus qui se dépriment à leur sujet tandis que d’autres y voient l’auxiliaire du déploiement possible de leur liberté d’aller de l’avant.
 
 
15/ Fais bien attention au langage que tu utilises au quotidien et écoute-toi parler pour éventuellement faire évoluer ce langage. C’est notre façon de parler de nous-mêmes, héritée de nombreuses (et parfois mauvaises !) habitudes, qui tend parfois à figer par avance nos possibilités. Dans nombre de cas, certaines limites à nos possibilités d’évolution n’existent que parce que notre façon de parler de nous-mêmes nous a mené à y croire fermement et à nous enfermer dans une prison dorée de mots dont nous oublions même que nous avons la clef.
 
 
16/ Bats-toi. Bats-toi pour atteindre tes objectifs. Bats-toi d’abord contre toi-même. Observes toutefois que nous pouvons certes être à nous-mêmes notre propre ennemi mais que personne, hormis nous, ne peut faire avancer aussi bien que nous nos propres actions en direction de nos propres objectifs. Ainsi n’y a-t-il de meilleur auxiliaire que nous-mêmes pour mettre en œuvre notre propre liberté. N’attendons donc pas de savoir ce qu’autrui pourrait songer à faire de notre liberté : cela reviendrait à risquer de la perdre…
 
 
17/ Sache que tous les conseils que tu liras ici, dans mes lettres, comme ailleurs ne sont rien : ils ne servent à rien tant que tu n’auras pas décidé en ton fort intérieur qu’il est pertinent pour toi de les mettre en œuvre. Les conseils de cette nature ne sont jamais écrits pour provoquer un sentiment de beauté chez le lecteur : ils ne prennent sens que pour qui en éprouve par lui-même la pertinence au sein de ses propres actions. Ceux qu’on trouvera ici ne sont d’ailleurs couchés par écrit et considérés comme pertinents que parce que leur auteur en a éprouvé par lui-même, dans sa propre vie, les effets positifs.
 
 
18/ Réussir sa vie n’est guère possible pour celui qui ne sait éprouver le sentiment de cette réussite en lui. La réussite qui consiste pour l’essentiel à se lancer dans une fuite en avant vers « toujours plus » sans jamais se poser pour apprécier ce que l’on a, ce que l’on a obtenu et ce que l’on est en capacité d’atteindre pour soi-même et pour les autres : cette réussite risque de passer à côté de nous sans que nous nous en soyons aperçus. Sache donc apprécier ce que tu as : d’une part en te disant que tu aurais fort bien pu ne pas l’avoir, d’autre part en te disant qu’il ne s’agit pas d’attendre d’en être un jour privé pour commencer à l’apprécier.
 
 
19/ Réussite, méthode et liberté sont manifestement liés : c’est en faisant un usage méthodique et discipliné de sa propre liberté que l’on peut songer à réussir sa vie. Il ne s’agit pas d’attendre qu’une forme de réussite vienne à notre rencontre, au petit bonheur la chance. Il s’agit plutôt de provoquer cette réussite, si et seulement si celle-ci nous tient à cœur bien entendu. Il y a plus de volonté qu’on ne croit dans la réussite de ceux que l’on voit réussir.
 
 
20/ N’attends pas d’échouer et de te demander « à qui la faute » pour ces échecs. Il n’y aura jamais d’autre responsable que toi de ce qu’il advient dans ta propre vie. Quand bien même tu serais tenté de croire et surtout de te faire croire que les circonstances ont joué contre toi, garde bien en tête ceci que les circonstances ne jouent jamais à proprement parler contre quiconque du simple fait que « jouer » présuppose une conscience et une volonté que les circonstances n’ont pas. Parce que tu as une conscience et parce que tu as une volonté, tu es un sujet, une subjectivité. Cela signifie ceci : tu n’es un objet balloté par le destin, les circonstances et les influences que pour autant que tu crois que tu l’es. Autrement dit : parce que tu as une conscience et une volonté, tu es responsable de ce qu’il advient de ta propre vie. Seule la mauvaise foi pourrait te donner à croire que tu peux te défausser sur autrui, sur les circonstances, etc. Au lieu d’y céder, je t’invite à te déclarer par avance prêt à répondre de tout ce qu’il adviendra de toi dans ta propre vie, comme y incite toute définition bien comprise de la responsabilité.
 
 
Extrait de : Philippe Géléoc, Réussir sa vie (Lettre n°18).


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail