*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Lettre à un jeune cadre territorial (1)
11/3/2010 5:10:09 (3385 lectures)

LJCT 1 Un milieu de changement permanent

LJCT 1
 
I Un milieu de changement permanent
 
Il y a plusieurs termes et expressions qui me viennent peu à peu à l’esprit en m’apprêtant à te livrer mon sentiment à ce sujet : « complexité », « incertitude » mais surtout « changement quasi permanent », ai-je envie de dire. Disons les choses encore plus simplement : ça bouge en permanence ! Si je devais représenter cela sous la forme d’une image, je donnerais celle-ci : le cadre territorial est, tel un équilibriste, en appui au niveau de chaque pied sur des plaques qui bougent régulièrement. Il avance en mettant un pied sur une plaque branlante qui risque de bouger puis l’autre sur une autre plaque tout aussi mouvante parfois, et quelques fois totalement nouvelle. Le but du jeu - si tant est qu’il s’agisse d’un jeu ! - est d’avancer vaille que vaille, dans l’incertain, dans le complexe et le mouvant et, si j’ose dire, d’éviter d’être à côté de la plaque au sens propre comme au sens figuré !
 
Ainsi que tu l’imagines, et comme tu le verras par toi-même, cela peut être éprouvant nerveusement pour qui ne s’est pas préparé à ne jamais être totalement préparé face à tous ces changements qui surgissent : changements au niveau des textes de loi, au niveau des élus, au niveau de l'organisation administrative, au niveau des autres organisations dont les changements impactent aussi, cette fois de l’extérieur, mais de façon non moins conséquente, ta propre organisation.
 
Bref, du changement et du changement et, comme le disait je crois le sociologue Edgar MORIN, la nécessité de savoir s’attendre à l’inattendu. De fait, on peut être surpris, interloqué, déstabilisé par les changements récurrents lorsqu’on ne s’attend pas à ce qu’ils se produisent et lorsqu’on croit que les derniers en date sont les derniers tout court ; mais toi, par exemple, au moins sauras-tu cela : il faut te faire à l’idée que tu évolueras dans un tel milieu où la seule chose qui ne change pas est l’existence même du changement ! Mieux vaut, je pense, prendre le parti d’en sourire et se dire que le changement, après tout, c’est la vie, non[1] ?
 
Tu l’auras compris : le métier de cadre territorial demande, par voie de conséquence, des capacités d’adaptation importantes. Ce qui est vrai le matin peut fort bien ne plus l’être l’après-midi, ce qui est affiché comme une priorité pendant plusieurs semaines peut parfois être relégué aux oubliettes quelques temps plus tard. Sans doute tous les postes occupés par des cadres territoriaux ne sont-ils pas également en proie à de tels changements récurrents ; force est toutefois d’observer que bon nombre le sont. Des changements d’élus, aux changements de configuration informatique en passant par les réorganisations administratives et par les décisions qui évoluent au fur et à mesure de l’évolution des contextes de travail : bon nombre de choses bougent et mieux vaut le savoir avant de s’engager sur de tels chemins. Il reste que, comme bien souvent, il est possible de concevoir ces changements de deux manières.
 
Soit on freine des quatre fers face aux changements en essayant de nager à contre courant d’un fleuve qui, de toutes façons, nous emportera ; soit on profite de ces changements pour essayer d’améliorer des choses. Autrement dit : soit on se désespère, soit on se réjouit de ces changements. Ou autre métaphore possible : soit on monte dans le train, soit on le regarde passer et là…on reste à quai. Il est possible de s’épuiser en essayant de nager contre vents et marées, il est également possible de prendre plaisir à surfer sur les vagues et à profiter du vent pour se faire porter là où on le souhaite[2]. Cela demande un peu d’entraînement, je te l’accorde sans peine. Existe-t-il une façon de ne pas y laisser trop de plumes ? Je pense qu’il existe des techniques, des postures et des méthodes pour cela. Nous y reviendrons si tu en es d’accord.
 


[1] Sur le changement et la nécessité de s’y adapter : Spencer Johnson (1998), Qui a piqué mon fromage ? Comment s’adapter au changement au travail, en famille, et en amour. Editions Michel LAFON 2007
[2] Dudley Lynch & Paul L. Kordis (2006), La stratégie du dauphin. Les idées gagnantes du 21ème siècle. Editions de l’Homme.
 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail