*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
« Je décide de tout, tout seul »...
24/11/2012 22:56:54 (3148 lectures)

« Je décide de tout, tout seul » ou le Décideur Unilatéral Invétéré (D.U.I.)


« Je décide de tout, tout seul » ou le Décideur Unilatéral Invétéré (D.U.I.)
 
Les enfants connaissent bien leur fabuleux héro Tchoupi qui – comme tout enfant à un moment de son parcours – veut faire « tout, tout seul ». Voici venu le temps du D.U.I. ou Décideur Unilatéral Invétéré. Ce personnage, à la différence de Tchoupi, ne risque pas en règle générale de devenir votre héro au quotidien pour les raisons qui suivent.
 
Au premier abord, tout drapé qu’il est dans les apparences, il peut vous sembler être très à l’écoute. Il vous demande d’ailleurs parfois comment vous voyez les choses. Vous vous rendez toutefois assez rapidement à l’évidence : quoi que vous pensiez, quoi que vous proposiez, notre D.U.I. est un adepte de la formule « Je décide de tout, tout seul ». Ainsi décide-t-il, après vous avoir écouté et vous avoir entendu dire qu’il serait bon d’aller vers la droite, que « nous irons vers la gauche ».
 
La première fois qu’on vous fait ce coup, vous pouvez demeurer un temps ébahi et sans réaction tant la surprise est grande : pourquoi cette personne décide-t-elle que « NOUS » irons à gauche alors que « JE » viens de lui prouver par A + B que l’option la plus pertinente est de prendre à droite ? Ou encore : pourquoi cette personne se détourne-t-elle, sans prévenir qui que ce soit, du plan d’action dont nous avions convenu ensemble et que nous avions arrêté ensemble ?
 
Ne cherchez pas plus loin. La réponse à ces questions est simple : vous avez affaire à quelqu’un qui, dans son mode de fonctionnement, a pris un pli : il a décidé…de toujours décider de tout, tout seul. Le mot « ensemble » ne le gêne guère : il glisse sur lui comme de l’eau sur un vêtement de pluie. Le mot « NOUS » ne le gêne pas davantage : il devient même royal dans sa bouche. De fait, lorsque notre D.U.I. déclare sur un ton grand Seigneur que « NOUS » irons passer les vacances dans le nord, cela ne veut pas dire que vous en êtes d’accord. Cela veut dire que, tout comme ses bagages, vous aurez le droit d’être trimbalé avec la suite royale là où le Roi D.U.I. a décidé d’aller.
 
Que ce mode de fonctionnement choque dans notre société, on le comprend aisément. Nous vivons, aujourd’hui, dans une société où chacun veut bien se voir soumis à certaines règles ou aux effets de certaines décisions à deux conditions : avoir été consulté, avoir été conforté dans le sentiment que cette participation à la prise de décision n’est pas qu’un simple simulacre destiné à cacher, en vérité, de l’instrumentalisation pure et simple derrière une pseudo consultation de pure forme.
 
 Dans une telle société le D.U.I. ne peut manquer d’agacer : faisant fi de ce qu’on lui dit, donnant l’impression que tout ce que pensent les autres compte pour du beurre, il finit, toujours, par décider de tout, tout seul. Cela ne dure qu’un temps…
 
Une fois compris ce petit manège qui consiste à tenter de faire passer en force une décision unilatérale sous les apparats de la concertation et de la « co-construction », vient le temps où, excédé, vous décidez à votre tour qu’il n’est plus supportable de se laisser instrumentaliser de la sorte. Faut-il, dans ce cas, dire à l’autre ses quatre vérités et l’insulter pour dénoncer ses agissements ? Sans doute y a-t-il une façon plus courtoise et correcte de gérer cela.
 
Une des possibilités réside dans le fait de demander à notre D.U.I. de faire une pause avec nous pour prendre le temps d’échanger sur certaines choses de base. Lors de ce temps d’échange, il suffit bien souvent d’indiquer à notre D.U.I. qu’au vu de son mode de fonctionnement nous ne pourrons pas continuer à travailler avec lui, ou à vivre avec lui, en ayant le sentiment que nos besoins sont totalement niés en permanence. En évoquant notre besoin de voir notre point de vue réellement pris en compte et intégré dans les décisions qui sont censées être prises en commun puis mises en œuvre de concert nous posons des limites ; en évoquant également le fait que ce besoin n’étant pas pris en compte nous ne pourrons plus fonctionner avec l’autre, ce dernier aura vite compris qu’il doit faire bouger les lignes avant qu’il ne soit trop tard et, quoi qu’il lui en coûte, quitter son personnage de D.U.I.
 


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail