*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
La "R.A.E.P" (1)
7/11/2009 13:22:51 (4939 lectures)

La RAEP (1) ou "Reconnaissance des Acquis de l'Expérience Professionnelle"

Premières réflexions sur la RAEP... (1)

Cette épreuve donne à penser que c’est en fonction de ce qu’il y a dans mon passé qu’un jury me reconnaîtra apte ou pas à exercer les fonctions que j’aspire à exercer (à tel grade, dans tel ou tel corps). Mon passé déterminerait donc mon avenir. Soit j’ai un passé intéressant et je serai pris, soit j’ai un passé inintéressant et jamais je ne serai pris…

Disons le tout de suite : ces représentations caricaturales se fondent sur des croyances qui sont fausses ou qui, en tous cas, risquent de nous empêcher de réussir.

En vérité, nous serons pris ou pas pris en fonction :
- non pas de notre passé…
- …mais de la représentation (écrite et/ou orale) que nous donnons de notre passé.


Ceci est une bonne nouvelle ! Pourquoi ? Tout simplement parce que cela signifie la chose suivante :
1- Autant nous ne sommes pas maîtres du contenu de notre passé, autant nous sommes maîtres de la présentation / représentation que nous donnons de ce passé : nous ne sommes pas libres d’avoir tel passé plutôt que tel autre, mais nous sommes libres de donner telle représentation de ce passé plutôt que telle autre et ce, sans pour autant mentir ou inventer.
2- Ce n’est pas sur notre passé que nous serons jugés (que nul, hormis nous, ne connaît) mais :
- sur ce que nous en donnons à savoir : nous ne sommes pas obligés de tout dire et sans pour autant mentir (risque de condamnation) nous pouvons retenir le positif et passer sous silence le négatif
- sur ce que nous donnons à savoir de nous en fonction de notre façon de présenter ce passé.

Bref, nous sommes maîtres de cette présentation et nous pouvons viser, stratégiquement, à laisser une impression positive à notre égard dans l’esprit du jury qui lit notre parcours et/ou nous écoute.

« Acquis de l’expérience professionnelle » : de quoi s’agit-il ?

Expérience professionnelle :

Chacun voit de quoi il s’agit. Nous allons au travail chaque jour ou presque et là, pour faire ce qui est attendu de nous, nous devons apprendre des choses (savoirs, connaissances de textes, de procédures, etc.), apprendre à faire des choses (taper un texte, conduire une réunion, rédiger une note au supérieur hiérarchique afin qu’il puisse décider en connaissance de cause s’il faut trancher dans tel sens ou dans tel autre face à un problème, etc.). Nous apprenons des choses parce que nous voulons apprendre ces choses et nous apprenons aussi, comme on dit, « à nos dépends » : quand nous faisons telle erreur, ce n’est pas bien sur le coup mais c’est à force d’essais et d’erreurs, aussi, que nous apprenons. Tout cela va constituer ce qu’on place dans un même paquet appelé « l’expérience professionnelle ». L’expérience professionnelle est comme la sédimentation d’un ensemble de savoirs, de savoir faire, de savoir être sur fond de laquelle nous savons aujourd’hui avancer sans devoir à chaque fois repartir de zéro. Et, si nous ne partons, fort heureusement, pas chaque jour au travail en ayant à réapprendre tout, c’est parce qu’il y a une forme de mémorisation progressive de ce que nous apprenons qui est à l’œuvre. Il y a les fameux « acquis » de l’expérience professionnelle.

• Acquis :

Qu’il s’agisse d’un savoir (je connais telle loi), d’un savoir faire (je sais inviter plusieurs personnes à une réunion à partir de mon agenda électronique), ou d’un savoir être (je sais…ne pas insulter l’usager qui m’appelle pour la troisième fois dans l’heure pour avoir un renseignement supplémentaire), je me suis équipé, pour ainsi dire, de tout un ensemble de compétences au fur et à mesure des années passées dans le milieu professionnel. En outre, je sais activer ces compétences au moment opportun, lorsque le besoin se fait jour de les activer. Comme le vélo, certaines compétences acquises sont des outils potentiels et je peux puiser à volonté dans la boite à outils étoffée au fur et à mesure des années.

A suivre...


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail