*
Top_left
Menu
ACCUEIL ACCUEIL
Mieux réussir, être + heureux... Mieux réussir, être + heureux...
Réussir sa vie Réussir sa vie
Attaché territorial - Culture G Attaché territorial - Culture G
RAEP, examens et concours RAEP, examens et concours
1. Rapport d'activité 1. Rapport d'activité
2. Expérience professionelle 2. Expérience professionelle
3. Parcours de formation 3. Parcours de formation
4. Illustration compétences pro 4. Illustration compétences pro
5. Curriculum Vitae 5. Curriculum Vitae
6. Lettre de motivation 6. Lettre de motivation
7. oral présentation parcours 7. oral présentation parcours
8. Réalisation pédagogique 8. Réalisation pédagogique
9. Mises en situation 9. Mises en situation
Ecrire ... Ecrire ...
Philosophie Philosophie
Réflexions au quotidien Réflexions au quotidien
Dissertations et citations Dissertations et citations
Ouvrages & Témoignages Ouvrages & Témoignages
Curriculum Vitae Curriculum Vitae
Livre d'or Livre d'or
Contact Contact
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Réussir sa vie. Lettres à un jeune ami. (17)
23/4/2011 18:25:10 (4513 lectures)

Lettre n° 17



Lettre n°17
 
Cher ami,
 
Jusqu’à quel point peut-on aider autrui à réussir sa vie ? C’est une question qu’il m’est régulièrement arrivé de me poser.
 
Lorsque je prépare des étudiants à des oraux de concours, je leur donne des conseils pour réussir leur oral. Or, quelles sont mes observations ? J’observe que certains étudiants suivent mes conseils et sont largement meilleurs lors du deuxième oral d’entraînement lorsqu’ils intègrent une à une chacune de mes préconisations. Mes conseils semblent en revanche glisser comme de l’eau de pluie sur un imperméable en ce qui concerne d’autres étudiants. Il est somme toute assez rare que ce soit le cas mais mes efforts dans la direction de ces étudiants ne semblent pas avoir d’écho : pour des raisons qui m’échappent pour partie. Il m’arrive alors de dire et de me dire que je puis faire un pas vers les étudiants mais cela peut être fructueux uniquement dans le cas où, à leur tour, ils font un pas vers mes conseils. Je suis maître de la première étape, mais pas de la seconde.
 
Au-delà de cet exemple de la préparation aux concours, on trouve la même idée concernant la vie en général : pas plus qu’on ne peut faire le bonheur d’autrui à sa place on ne saurait arriver à réussir à sa place. Tout au plus peut-on préparer le terreau, mais il appartient à la plante de voir si elle veut puiser dans ce terreau les ressources par lesquelles elle se développera : et de cela, fort heureusement nous ne sommes pas maîtres. Autrui, tout comme nous, est libre : il peut entendre nos idées, nos conseils ; rien ne l’oblige à les suivre. De là que, fort heureusement, sa réussite dépendra toujours, au final, de ses propres efforts.
 
Il s’ensuit que nous pourrons aider autrui à réussir sa vie en lui tendant la main ; nous ne saurions toutefois décider à sa place ce qu’il entend faire ou ne point faire de cette aide qu’on lui propose.
 
Il me vient à ce sujet une anecdote assez parlante concernant l’aide que nous apportons à autrui pour qu’il réussisse sa vie et les limites de cette aide. Il s’agissait d’une jeune fille qui cherchait, depuis quelques temps mais en vain, à décrocher un emploi et qui vint frapper à la porte d’une association dont je m’occupais avec quelques amis. L’un de ces amis et moi fîmes le nécessaire pour rencontrer cette jeune fille. Le jour « j » arrive. Nous la rencontrons. Nous l’écoutons puis dressons un plan d’action avec cette jeune personne. Celle-ci nous écoute, nous dit que ce plan d’action lui convient et nous dit que pour ce qui concerne le stage préalable auquel nous envisageons de lui faciliter l’accès « elle va voir… » et qu’« elle nous tient au courant… ». Fin de l’histoire : la jeune fille nous annonce quelques jours plus tard qu’elle envisage de ne plus chercher d’emploi mais… de se marier et de se contenter du petit boulot qu’elle a d’ores et déjà dans le cadre familial en raison de l’activité de ses parents. Autrement dit, elle nous remercie pour nos premiers efforts dans sa direction, pour ajouter ensuite qu’elle a décidé de changer de chemin et… de se marier, nouveau projet effaçant le projet d’emploi initial. Allions-nous alors, mon ami et moi, nous désespérer d’avoir passé du temps à échafauder des hypothèses d’emploi avec cette jeune fille pour que celle-ci décide de partir sur d’autres hypothèses liées à un projet de vie plus large que le simple projet d’emploi ?
 
Ainsi le projet qui consiste à vouloir aider autrui à réussir sa vie doit-il se garder d’une quelconque volonté de maîtrise du parcours d’autrui. Autrui est libre, tout comme nous. Nous pouvons l’aider à réussir sa vie pour autant qu’il fait appel à nous. Nous ne saurions toutefois entreprendre les efforts à sa place ni choisir à sa place le meilleur chemin pour y arriver : il faut savoir lâcher prise, comme on dit parfois.
 
Aider autrui en le conseillant, en lui apportant des outils peut être intéressant : il faut toutefois se faire à l’idée qu’au final il appartient à autrui de passer outre ces conseils, de délaisser les outils que l’on aura mis à sa disposition. Bref : il lui appartient de gérer sa vie comme il l’entend et de décider de faire abstraction de l’aide qui lui est apportée et ce, pour des raisons qui lui appartiennent tout autant. Là est vraisemblablement la grande limite de toute relation d’aide quelle qu’elle soit (aide éducative, aide psychologique, aide liée à l’accès à l’emploi…). Quand bien même l’aidant voudrait parfois outrepasser cette limite, il lui faut savoir apprendre sans doute à ne pas le faire dans la mesure où cette limite imposée à son travail d’aide est aussi et en même temps ce qui garantit à autrui la maîtrise par lui-même de sa propre liberté.
 
Peut-être aider autrui à réussir sa vie consiste-t-il dès lors simplement à mettre en place autour de lui un contexte, des outils susceptibles d’être aidant ? Peut-être cette aide consiste-t-elle à être là simplement pour présenter divers chemins possibles ? Ou encore à être là, en cas de nécessité, lorsqu’autrui perd la boussole lui permettant d’avancer sur son propre chemin ? Etre là si nécessaire : peut-être est-ce simplement à cela que doit se résumer tout projet consistant à vouloir aider autrui à réussir sa vie ? Ainsi cette aide ne viendrait-elle dès lors à être mise en œuvre que pour autant qu’autrui décide d’y faire appel.
 
Faut-il être devant autrui pour lui montrer l’exemple et le chemin ? Faut-il être derrière lui pour le pousser ? Ou bien faut-il encore être à ses côtés pour l’aider en cas de nécessité ? Sans doute les réponses à ces questions sont-elles fonction de l’individu à aider, de son profil, du repérage de ce qui le fait avancer. Certains enfants n’avancent que si on les pousse. D’autres n’avancent que lorsqu’on les met au défi en leur disant qu’on a du mal à croire qu’ils seront en mesure de réaliser ce qu’on leur demande de réaliser. D’autres encore avancent en imitant notre exemple. Chaque enfant et plus largement chaque individu a un mode de fonctionnement qui lui est propre, une façon d’être motivé résultant à chaque fois de causes spécifiques ; et ce qui motive l’un, ne motive pas forcément l’autre. Tout cela est fort connu de nous tous, n’est-ce pas ? Il s’ensuit ceci qu’aider autrui à réaliser ce qu’il souhaite réaliser passe probablement par la nécessité de repérer ce qui est le plus susceptible de l’aider à atteindre ses objectifs. Certains échanges avec autrui, certains discours peuvent être aidants pour peu qu’il y ait eu repérage de ce qui peut, justement, être aidant. Rassurer, valoriser, suggérer indirectement certains chemins, etc. : autant de discours de type spécifique qui, adaptés au profil d’autrui, sont réellement susceptibles d’être aidants. Telle est en tous cas ma conviction !
 
Au-delà de l’aide individuelle à autrui, il m’arrive, dans mes rêves les plus fous, de me dire que la société toute entière pourrait fonctionner sur le mode de ce qu’il m’est arrivé de nommer les cercles vertueux de la réussite : autrui ayant été aidé par quelqu’un pour réaliser telle ou telle tâche qui contribue à l’aider à réussir sa vie se sentant redevable de cette aide qui lui a été apportée prend à son tour une place dans ce cercle vertueux de la réussite en se tenant à la disposition d’autres personnes qui elles aussi auraient besoin d’aide pour réussir leur vie sur tel ou tel pan.
 
A y réfléchir un peu, on peut d’ailleurs se dire que la société devrait presque naturellement fonctionner sur ce mode : que sommes-nous si ce n’est ce que nous faisons de ce que les autres (famille, enseignants, amis…) nous ont apporté ? Les quelques compétences que nous avons tous ne sont-elles pas le résultat de cette façon que nous avons eu de faire fructifier certaines de nos rencontres et certains de nos échanges ? Si « les autres » nous ont apporté ce qu’ils nous ont apporté, nous permettant ainsi de faire de nous-mêmes ce que nous sommes devenus, un minimum de gratitude ne devrait-il pas nous laisser sur le sentiment d’avoir contracté une dette à l’égard de notre entourage ? Et ne devrions-nous pas, tout naturellement, incliner à chercher comment à notre tour nous pouvons apporter à autrui ce qu’autrui, aussi et déjà, nous a apporté ?
 
Les échanges d’expérience, de savoirs et de savoir-faire existent d’ores et déjà sous forme associative. Il n’appartient qu’à nous de les développer si nous le voulons, je pense.
 
Sur ces quelques considérations, je te dis à bientôt, ayant toutefois dans l’idée que nous pourrions peut-être arrêter là l’échange sur « réussir sa vie » ; qu’en dis-tu ?
 

                                                                                    Bien à toi


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom
copyright

© Copyright by Worldsoft AG, Neuchâtel, 2008. Tous droits réservés pour le monde entier !
Site optimisé avec Internet Explorer - Meilleure résolution écran 1024 X 768 pixels
Conception et Gestion du site :
www.breizhlagon.info

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail